JO2024. L’épreuve de course au large remplacée par le kitesurf dédoublé en homme et femme. Honteux !

Marseille, France is hosting the Final of the 2019 Hempel World Cup Series from 2-9 June 2019. Held at the venue of the Paris 2024 Olympic Sailing Competition, more than 300 sailors from 40 nations are racing across ten Olympic Events as well as an Open Kiteboarding fleet. (Live image in low resolution) © SAILING ENERGY/WORLD SAILING 08 June, 2019.

Le CIO a décidé de remplacer l’épreuve de course au large en dédoublant le kite en homme et femme. Un choix idiot pour un sport qui justement est idéalement mixte et qui avait déjà son épreuve. Elle en aura dorénavant deux. Le choix du CIO va surtout à l’encontre du souhait de la Fédération Internationale de Voile d’avoir une épreuve de course au large et dont l’Assemblée Générale avait voté pour à l’unanimité.

On paie ici le lobbying stupide des classes qui ont été supprimées et qui ont tout fait pour faire annuler l’épreuve de course au large avec des arguments tronqués. Grâce à elles, il n’y a aujourd’hui que des perdants puisqu’elles n’ont même pas été réintégrées. Enfin on soulignera le rôle de certains dirigeants de Word Sailing dont le président le Chinois Quanhai Li et le Singapourien Ser Miang au CIO qui n’ont joué que leur intérêts personnels au détriment des Fédérations et des licenciés. De quoi en vouloir davantage encore à des organisations hors sol loin du terrain et des licenciés.

> Lire aussi Notre dossier complet : https://www.courseaularge.com/categorie/jeux-olympiques/jo-paris-2024
> Le comité océanique et offshore recommande que World Sailing clarifie l’épreuve de course au large pour le CIO
> https://www.courseaularge.com/jo-paris-2024-la-decision-sur-lentree-de-la-course-au-large-repoussee-au-31-mai.html


Ci-dessous le communiqué officiel du CIO

Suite à la décision de la commission exécutive du CIO d’examiner plus avant l’épreuve offshore mixte afin d’évaluer le coût, la complexité, la sûreté et la sécurité des athlètes, une analyse approfondie a été menée par World Sailing et le comité d’organisation de Paris 2024.
Afin d’assurer la cohérence avec les autres décisions prises pour l’ensemble des épreuves et des sports en vue de la finalisation du programme des épreuves de Paris 2024 en décembre 2020, la commission exécutive du CIO a décidé d’accepter la première option d’épreuve proposée par World Sailing en lieu et place de l’épreuve offshore, à savoir confirmer l’option qui consiste à diviser l’épreuve de kitesurf mixte précédemment approuvée en épreuves individuelles masculines et féminines de kitesurf, tout en maintenant le total de dix épreuves de voile précédemment entériné.
La commission exécutive du CIO s’est félicitée de l’attrait de cette épreuve de voile pour les jeunes, de l’augmentation potentielle de l’universalité grâce à l’ajout d’épreuves individuelles hommes et femmes et de la réduction du coût global et de la complexité du programme de voile.

Suite aux différentes propositions formulées par World Sailing, le CIO a retenu :
La planche à voile à foil (IQFoil) femme et homme
Le dériveur double (49er) femme et homme
Le dériveur solitaire (ILCA) femme et homme
Le kiteboard (foil) femme et homme
Le catamaran à foil double mixte (Nacra 17)
Le dériveur double mixte (470)

La Fédération Française de Voile a réagi en prenant acte de la décision en rappelant son rôle depuis 2018 « Suite à la volonté du CIO de moderniser ses épreuves, nous avons été plusieurs Nations à porter le projet de la Course au Large au sein de World Sailing. Cette pratique répondait aux différentes attentes du CIO de proposer une épreuve innovante et engageante pour le grand public. La course au large avait en effet de nombreux atouts en termes de spectacle sportif. Ce « Marathon des mers » avait un potentiel d’images très important et sa déclinaison virtuelle permettait d’engager des centaines de milliers de joueurs. » précise Jean-Luc Denéchau, Président de la Fédération Française de Voile.

Jean-Luc Denéchau précise : « La voile sera parfaitement mixte en 2024 avec 4 séries féminines, 4 séries masculines et 2 séries mixtes, je m’en réjouis. En tant que grande Nation de la Voile et pays hôte des Jeux Olympiques de 2024, nous nous devons de mettre en œuvre tout notre savoir-faire dans l’accompagnement des sportifs de haut niveau. Nous souhaitons faire partie des favoris lorsque les régates débuteront à Marseille en juillet 2024. En ce sens l’intégration du kiteboard et de L’IQFoil est une bonne nouvelle puisque nos sportifs font partie des meilleurs mondiaux aussi bien dans les catégories féminines et masculines. »