IMOCA. Qui remportera le Défi Azimut ?

La 11e édition du Défi Azimut commence aujourd’hui jusqu’au 19 septembre à Lorient La Base. Qui des quatorze duos engagés inscrira son nom au palmarès du Défi Azimut – Lorient Agglomération ? Bien malin (ou imprudent !) celui qui se lancerait dans un pronostic avant le 19 septembre, tant le niveau est relevé cette année. Une chose est sûre, celui qui succèdera à Jérémie Beyou, malheureusement absent à la suite de la collision de Charal avec un OFNI au retour du Fastnet, sera un tandem de grands champions.

Car si les deux derniers Défis ont été marqués par un renouvellement tous azimuts de la Classe IMOCA, l’édition 2021 consacre une flotte de bateaux extrêmement aboutis, comme l’explique Antoine Mermod, président de l’IMOCA : « Contrairement à The Ocean Race Europe et à la Rolex Fastnet Race où la flotte était scindée, tous les bateaux de pointe se retrouvent la semaine prochaine à Lorient pour la troisième course de la saison. Avec en prime 11th Hour Racing 2, comme nouveauté très attendue ! »

LA CRÈME DE L’IMOCA
Le nouveau 11th Hour Racing mené par Charlie Enright et Pascal Bidégorry, est en effet le premier IMOCA post-Vendée Globe, conçu par l’architecte Guillaume Verdier notamment pour disputer The Ocean Race 2022-23 en équipage. Il pourra se confronter pour la première fois avec la crème des IMOCA de la génération 2019-2020. Au premier rang desquels APIVIA (Charlie Dalin et Paul Meilhat), vainqueur du Fastnet, et LinkedOut (Thomas Ruyant et Morgan Lagravière), en pointe sur The Ocean Race Europe. Comme beaucoup, Louis Burton qui mènera avec Davy Beaudart à bord de Bureau Vallée (ex L’Occitane en Provence), voit dans ces deux-là les bateaux référents : « Les hommes à battre sont d’abord ceux qui mènent leur bateau depuis longtemps et le possèdent sur le bout des doigts. Le Défi Azimut est pour nous une super opportunité de nous situer et valider toute la préparation faite cet été ». Pour la onzième fois, Louis qui n’a jamais raté une édition de cette course fera le tour de la Bretagne pour rejoindre Lorient au départ de Saint-Malo et devrait en profiter pour valider sa qualification pour la Transat Jacques Vabre, point d’orgue de la saison.

APIVIA viendra lui en voisin de Concarneau. Contrairement à plusieurs concurrents qui ont changé de foils pour se conformer au nouveau règlement, Charlie Dalin profite d’une paire jaugée avant le Vendée Globe, plus longue et donc plus puissante. « C’est vrai qu’au près et au reaching, ça devrait être un avantage explique Paul Meilhat, co-skipper. Mais l’intérêt du Défi Azimut et notamment des 48 Heures, c’est que le parcours est choisi au dernier moment en fonction de la météo, ce qui garantit une bonne variété d’allures. Donc tout le monde peut avoir son bord de prédilection et le jeu va être ouvert. On ne craint pas un bateau en particulier, mais surtout les marins tant le plateau est exceptionnel ! »

TALENTS ET BELLES HISTOIRES
Comment ne pas citer en effet des tandems aussi complémentaires et talentueux que Sébastien Simon et Yann Eliès (ARKÉA PAPREC), Nicolas Troussel et Sébastien Josse (CORUM L’Épargne), Damien Seguin et Benjamin Dutreux (Groupe APICIL, ultra favori dans la catégorie des bateaux à dérives), ou encore Romain Attanasio et Sébastien Marsset (Fortinet-Best Western) qui disposent enfin avec l’ex-Malizia d’une monture à la hauteur de leur talent. Il faudra compter également sur l’expérience de Sam Davies associée à Nicolas Lunven (Initiatives-Cœur), ou encore sur Isabelle Joschke et Alain Gautier (MACSF). Un dernier double mixte sera à surveiller de près avec la paire anglo-suisse Simon Fisher/Justine Mettraux sur l’autre 11th Hour Racing (ex Hugo Boss de 2016), en tête actuellement du Championnat IMOCA Globe Series. « Nous venons bien sûr pour prendre des points*, explique Justine, mais aussi pour apprendre. On reste des débutants dans la Classe IMOCA et ces bateaux très techniques passent beaucoup de temps en chantier. C’est donc toujours bon de se confronter sur l’eau ».

Quant aux bateaux d’ancienne génération, ils auront eux aussi leur match. Arnaud Boissières embarque à ses côtés le jeune Guadeloupéen Rodolphe Sépho dans une optique de transmission. Belle association également que celle de Clément Giraud, qui court pour la première fois aux côtés d’Erik Nigon, deux hommes définitivement liés autour du plan Farr 2008 qu’Erik a prêté à Clément pour le dernier Vendée Globe (Compagnie du Lit-Jiliti).

Quant à Manuel Cousin et Alexia Barrier (Groupe Sétin-4MyPlanet) voilà un tandem qui n’engendre pas la mélancolie et fait d’abord rimer compétition avec plaisir, une notion que porte dans son ADN le Défi Azimut – Lorient Agglomération depuis sa création.

Pierre-Marie Bourguinat

*Depuis cette année, le Défi Azimut – Lorient Agglomération entre au Championnat IMOCA Globe Series 2021-25, comme course de coefficient 1, permettant aux concurrents d’engranger des points. Ainsi, à l’issue des 48H AZIMUT, le vainqueur remportera 14 points (nombre de participants), le deuxième 13, le troisième 12, etc. Retrouvez tout le classement

LES 14 DUOS INSCRITS AU DÉFI AZIMUT-LORIENT AGGLOMÉRATION 2021
11th HOUR RACING 1 : Justine Mettraux (SUI) – Simon Fisher (GBR)
11th HOUR RACING 2 : Charlie Enright (USA) – Pascal Bidégorry (FRA)
APIVIA : Charlie Dalin (FRA) – Paul Meilhat (FRA)
ARKÉA PAPREC : Sébastien Simon (FRA) – Yann Eliès (FRA)
BUREAU VALLÉE : Louis Burton (FRA) – Davy Beaudart (FRA)
COMPAGNIE DU LIT-JILITI : Clément Giraud (FRA) – Erik Nigon (FRA)
CORUM L’ÉPARGNE : Nicolas Troussel (FRA) – Sébastien Josse (FRA)
FORTINET – BEST WESTERN : Romain Attanasio (FRA) – Sébastien Marsset (FRA)
GROUPE APICIL : Damien Seguin (FRA) – Benjamin Dutreux (FRA)
GROUPE SÉTIN – 4MYPLANET : Manu Cousin (FRA) – Alexia Barrier (FRA)
INITIATIVES-CŒUR : Samantha Davies (GBR) – Nicolas Lunven (FRA)
LA MIE CALINE-ARTISANS ARTIPÔLE : Arnaud Boissières (FRA) – Rodolphe Sépho (FRA)
LINKEDOUT : Thomas Ruyant (FRA) – Morgan Lagravière (FRA)
MACSF : Isabelle Joschke (FRA) – Alain Gautier (FRA