Vendée Globe. Boris Herrmann a mis le turbo

Photo envoyée depuis le bateau Seaexplorer - YC de Monaco pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 3 Janvier 2021. (Photo prise par le skipper Boris Herrmann)

Boris Herrmann s’est invité sur le podium en étant le plus rapide sur son Seaexplorer Yacht Club de Monaco. Il navigue 2 nds plus vite que Charlie Dalin et Louis Burton avec un bateau à 100% de son potentiel.

- Publicité -

« Nous sommes rentrés dans le sprint final, en mode régate. J’ai les conditions dont je rêvais. Je fais route plein Nord avec un cap à 1°. J’essaie d’utiliser 100% du potentiel du bateau et de mes foils contrairement à Thomas et Charlie, qui ont leurs foils endommagés. Avec 13 nœuds de vent, je marche actuellement à 15,6 nœuds, je suis vraiment super content » se réjouit Boris.

« On navigue hyper serrés avec les autres. Je suis à 39 milles nautiques de Charlie (Dalin sur Apivia) et à un peu plus de 16 milles de Louis (Burton sur Bureau Vallée 2). C’est vraiment excitant de jouer autant à un peu moins de 4000 milles nautiques de l’arrivée. Mais le chemin à parcourir est encore long, avec notamment deux étapes décisives : le passage du Pot au noir et la navigation dans la remontée de l’Atlantique Nord. Cela reste très ouvert, cette fin de course s’annonce très excitante ! ».

Les orages étant légion au large de Salvador de Bahia, les coureurs doivent composer avec les zones de molles et les grains qui viennent souffler leurs rafales dans les grand-voiles. Impossible donc pour les coureurs de relâcher la pression et l’attention. Avec un œil sur la table à carte et un autre sur l’horizon, les concurrents doivent gérer les changements brutaux de vents, en force et en direction. La météo rend le sprint final haletant au possible. Le pot au noir, prochaine grande étape pour le trio de tête, s’annonce peu étendu (200 à 250 milles de large), peu actif et les alizés de l’hémisphère Nord semblent prédire un flux d’Est régulier. L’Atlantique Nord est proche et le moindre coup tactique pourra déterminer la suite de la route vers les Sables-d’Olonne.