Vendée Globe. A 48 heures du dénouement d’une course folle

#EN# Photo sent from aboard the boat VandB - Mayenne during the Vendee Globe sailing race on January 22, 2021. (Photo by skipper Maxime Sorel) Selfie #FR# Photo envoyée depuis le bateau VandB - Mayenne pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 22 Janvier 2021. (Photo prise par le skipper Maxime Sorel) Selfie

Le dénouement de cet incroyable Vendée Globe se rapproche inexorablement. Charlie a repris la tête devant Louis, Boris, Thomas, Yannick, Damien, Giancarlo, Jean et Benjamin pour ne citer qu’eux. On a envie de les appeler par leurs prénoms à force de les avoir suivi matin, midi et soir depuis maintenant 77 jours. C’est long et si peu tellement la course aura été intense. Dans 48 heures, ce sera la fin d’une course que l’on ne voudrait pas voir s’arrêter. Elle sera en tout cas le début d’une autre histoire pour chacun.

Charlie Dalin a retrouvé enfin ses ailes ce matin comme sa place de leader. Comme un canari blessé, il tentait de suivre le rythme imposé par Louis Burton depuis 4 jours en prenant la route la plus courte et sans pouvoir utiliser son foil. Bien appuyé sur son aile valide depuis son empannage hier à 250 milles à l’Est des Açores, Apivia a parcouru cette nuit 351 milles, la plus grande distance en 24h à 21,4 nds de moyenne. Il lui reste encore 823 mn devant son étrave dont plus de la moitié sur le bon bord. De quoi maintenir la distance avec Bureau Vallée de 23 mn ce matin au classement de 9h. Le jeu en revanche s’annonce plus difficile avec Boris Herrmann. Avec sa bonification de 6 heures, il reste un sérieux client pour la victoire avec son bateau à 100% de son potentiel dont les foils de nouvelles générations tous les deux intacts sont plus puissants que ceux de Bureau Vallée. Il a 71 mn de retard sur Charlie à 9h. Thomas Ruyant se bat comme il peut. Sa trajectoire après les Açores semblait compliqué avec plusieurs empannages. Il est à 160 mn du leader.

« Je suis en mode guerrier, dessus tout le temps, comme mes petits camarades. Tout le monde est à fond, c’est sûr. Il n’y aura pas de gros écarts à l’arrivée, et chacun se bat pour obtenir le meilleur. Je fais tout pour me rapprocher de Boris, mais je demeure sous la menace de Yannick» souligne avec lucidité le Dunkerquois.La mer est courte et LinkedOut glisse sans souffrir. « La bagarre est sympa car cette allure de portant vmg lisse les différences entre les bateaux. Je suis ainsi moins pénalisé sur mon bord sans foil qu’aux allures de reaching. Il est étonnant de constater combien chaque coureur semble avoir oublié les 52 000 kilomètres parcourus, pour ne plus se concentrer que sur le mille à venir. On est pressé d’arriver, mais le moment présent, aussi stressant qu’il soit, demeure jouissif. C’est un sentiment étrange, qui vient couronner une course d’une rare intensité. »

Yannick Bestaven a tenté hier la face nord à l’ouest des Açores. Avec sa bonification de 10h15, il joue placé également. Il n’est pas loin de la distance parcourue par Charlie et il file à 20 nds à 9h.

Les dernières ETA données par l’organisation donne une arrivée
– Le 27 janvier pour Bureau Vallée, Apivia, SeaExplorer, Maitre CoQ et LinkedOut
– Le 28 janvier, pour Prysmian Group, Apicil, Yes We Cam
– Le 29 janvier pour Omia – Water Family