Un premier test grandeur nature pour Ichi Ban

Ichi Ban 60
DR

Matt Allen a commandé ce 60 pieds construit à Dubai pour se donner, avec son équipage très expérimenté, les meilleures chances de remporter la Sydney-Hobart 2013, un objectif qui représentait une large part du brief initial de Shaun Carkeek. Le nouveau Carkeek C60 est ainsi un bateau qui a d’abord été conçu pour de longues courses au large. Matt Allen et son équipe se sont décidés pour un 60 pieds comme étant la taille optimale, après avoir pris en compte l’état de la mer en essayant d’adapter le monocoque aux conditions moyennes.

« L’objectif était de proposer un bon bateau polyvalent », souligne Shaun Carkeek. « Il s’agit d’un bateau solide pour la course au large et construit pour les conditions attendues dans cette zone du globe. Le bateau se doit d’être bien conçu ; un bateau dans lequel les marins ont confiance pour prendre la mer. La forme de la coque est très puissante – elle ressemble plus à celle d’un 70 pieds d’une certaine façon – ce qui permet à l’équipage de pousser le bateau très loin, même dans des conditions difficiles. Il faut approcher la Sydney Hobart comme un sprint de deux ou trois jours, donc il faut un bateau qui permette d’appuyer sur l’accélérateur, et qui vous donne le sentiment de contrôler vos polaires à 100% quasiment en permanence, ce qui sera le cas à bord du bateau gagnant. Il faut enfoncer le clou, être rapide pour sortir du lot et foncer ».

Le propriétaire souhaitant être compétitif en course au large mais également entre des bouées, le C60 bénéficie des développements de Carkeek en matière de bateaux de grand prix HPR-IRC, qui ont abouti à des bateaux polyvalents rapides pour leur taille. Les différences de rating entre IRC et HPR se réduisent avec le LOA, donc concevoir un bateau optimisé pour les deux types de course est plus facile avec un 60 pieds. Ce brief multi usages a également concerné la conception des ailerons et l’installation des appendices, ce afin d’assurer au C60 une option solide en mode haut niveau pour régater entre deux bouées.

Une des décisions clefs prise très tôt dans le brief a été d’opter pour des systèmes de winchs électriques. Les avantages en terme de performance ont été considérés comme significatifs face aux points négatifs comme le poids et la taxe inhérente au rating. L’absence de colonnes de winchs et la majorité des systèmes sous le pont permettent d’avoir un agencement propre et épuré qui améliore l’aérodynamique ainsi que les déplacements de l’équipage à bord, et qui réduit le fardage.

« Matt Allen, Gordon Maguire et l’équipe ont été les ardents défenseurs de ce système afin de maintenir le niveau de travail et d’efficacité de l’équipage en terme de réglage et de gestion du poids. Suite aux investigations en terme de rating et de VPP, c’est la route que nous avons choisi de suivre », explique Shaun Carkeek. « La fatigue de l’équipage est toujours un facteur à prendre en compte, et être capable de régler plusieurs jours d’affilée en étant à plat et se servir du poids pour redresser, au lieu d’utiliser des marins, est un procédé d’optimisation intéressant. »