Solitaire. Xavier Macaire en symbiose avec son bateau

Photo Vincent Olivaud

Le skipper de Groupe Snef a fait la démonstration de sa vitesse en grappillant place après place en direction des côtes espagnoles après un départ en demi-teinte, passant de la 10ème place dimanche soir à la première au passage de La Corogne mardi matin. Puis il a démontré sa capacité à mener la flotte et contenir ses concurrents, ne lâchant plus la tête de course jusqu’à l’arrivée, malgré une remontée du golfe de Gascogne au près difficile et usante, entre mer formée et vent soutenu.


Avec une avance de 47 minutes sur Pierre Quiroga, deuxième, et de 1 heure 28 minutes sur Tom Laperche, troisième, et même si la route jusqu’à l’arrivée finale est encore longue, Xavier Macaire prend un ascendant psychologique sur ses adversaires au terme de cette première manche.

« Je suis très heureux ce matin ! Et j’ai le sentiment du travail bien fait. C’était une belle étape qui a tenu ses promesses. J’ai réussi à donner et à produire ce que je voulais, je suis content. Je n’ai pas pris un excellent départ mais j’ai réussi à faire une belle descente du golfe de Gascogne, j’étais en phase avec mon bateau, j’ai pu faire le break à partir de La Corogne.
J’ai un bon feeling sur les réglages depuis la Sardinha Cup et mon association avec Morgan Lagravière. Cette course a été un déclic sur certains points. Maintenant je me sens vraiment en symbiose avec le bateau, j’arrive à comprendre ce qu’il faut faire ou non. Bien sûr ce n’est pas toujours facile, je cherche, je me pose des questions mais je trouve les réponses plus rapidement. Je croise les doigts pour que cela continue comme ça parce que ça se passe vraiment bien.
Je suis vraiment content, c’est une belle manche, ma deuxième victoire d’étape en deux ans, et j’ai pris de l’avance au classement général. Mais il faut garder la tête froide, ce n’est que le début de la Solitaire du Figaro, il reste trois étapes, tout peut arriver.
»