Solitaire. Marc Mallaret en tête à Saint-Gowan

A Courcoux

Cette journée de Mercredi aura réservé bien des surprises redistribuant les cartes. Un vrai chamboule-tout dont ont su profiter Marc Mallaret et Corentin Horeau en tête de la flotte au passage de la marque de Saint-Gowan. Derrière les leaders au général ont cravaché dur pour revenir aux avant-postes à l’image de Xavier Macaire et Tom Laperche. Pierre Quiroga s’en est un peu mieux sorti et contrôle à distance ses adversaires. Le long bord qui attend les concurrents cette nuit et demain devrait remettre les choses dans l’ordre.

Depuis qu’un vent d’est, de 14-15 nœuds, est rentré, les solitaires ont pu mettre le cap direct sur l’île Lundy. Un petit bout de terre de 5 km de long à l’entrée du canal de Bristol, ancien repaire de pirates, aujourd’hui réserve marine. Une île comme un plateau dont les rivages regorgent de homards et d’étrilles. Il parait que c’est très beau… mais pour une visite, les Figaristes repasseront.

Au jeu du chamboule-tout qui s’est déroulé tout l’après-midi, le jackpot revient à des bizuths et à tous ceux partis à la côte au moment où la tête de la flotte luttait contre le courant fort au large. Voici aux premières places à Lundy, Marc Mallaret (CTB – Contrôles Techniques Bateaux), Damien Cloarec (Saferail), Jules Delpech (Orcom), Charlotte Yven (Team Vendée Formation), Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) et Gaston Morvan (Bretagne – CMB Espoir) devant les leaders au classement général, à leurs trousses !

Une flotte groupée en 7 milles après 360 milles parcourus

Le courant et la mistoufle ont eu raison de ce regroupement. Et cela par trois fois depuis le départ de Fécamp dimanche dernier : à la cardinale South Pullar, à l’entrée du DST des Casquets et, ce matin, sitôt doublé le phare de Longships devant Land’s End. Voilà donc ce soir une armada de 34 Figaros Bénéteau 3, au près, à Lundy, qui en a vu d’autres des flottes de marins d’autres contrées. Les vikings n’y faisaient-ils pas escale entre deux expéditions guerrières ?

Ce mardi, devant le phare blanc déjà allumé de Lundy, Marc Mallaret mène donc la danse celtique, l’étrave pointée vers la cardinale Saint Gowan, dans le sud du Pays de Galles, distante de 25 milles.

Pointage à la pointe Sud-Est de Lundy :

1- Marc Mallaret (Contrôles Techniques Bateaux)

2- Damien Cloarec (Saferail)

3- Jules Delpech (Orcom)

4- Charlotte Yven (Team Vendée Formation)

5- Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie)

6- Gaston Morvan (Bretagne – CMB Espoir)

7- Xavier Macaire (Groupe SNEF)

Ce mercredi matin

Les 34 solitaires ont contourné ce matin la pointe Land’s End au Sud des Cornouailles pour entamer la grande boucle de 105 milles en Mer Celtique vers le Canal de Bristol et la réserve naturelle de Lundy Island. Le parcours est somptueux, surplombé par des falaises verdoyantes qui se jettent dans la mer et constituent un abri opportun pour se protéger du courant.

« Le vent établi Est/Nord-Est, plus faible que prévu, a légèrement pris de la gauche ce matin », détaille Pierre Hays, de la direction de course, obligeant les concurrents à louvoyer au près. La flotte s’est considérablement regroupée en seulement 7 milles ! Alexis Loison (Région Normandie) et Pierre Le Boucher (Guyot Environnement – Ruban Rose) ont su profiter d’une petite mistoufle pour s’emparer, un temps de la tête de course, solidement menée depuis plus de 24h par Xavier Macaire (Groupe SNEF). Un avantage que le Normand appréciait avec tout le pragmatisme qu’on lui connaît :

« Ça se passe pas mal, c’est tordu comme situation. Ça a bien cafouillé ! Mais je ressors du paquet avec Pierre (Le Boucher), et cette position me plaît bien. Le vent devrait forcir en fin d’après-midi toujours de secteur est. On devrait rejoindre Lundy assez rapidement surtout que le courant sera avec nous. Je suis impressionné parce qu’il y a beaucoup de courant dans le coin. Les leaders, surtout Xavier (Macaire) sont restés bloqués à une pointe, tout le monde est revenu. On a été intelligents avec Pierre, nous sommes allés au large chercher du vent car à terre je voyais qu’il n’y avait rien. Mais bon il n’y a pas de quoi fanfaronner car il y a très peu d’écart ! »

Alexis Loison a été bien inspiré de ne pas vendre la peau de l’ours. Jules Delpech (ORCOM) l’un des 12 bizuths de cette 52e édition a saisi sa chance et emmène désormais la flotte.

Alexis Loison – Région Normandie / Crédit photo : Alexis Courcoux – La Solitaire du Figaro 2021

Depuis 14h, la bascule de courant pousse les Figaros Bénéteau 3 vers leur prochain objectif, la réserve naturelle de Lundy qu’ils devraient enrouler aux alentours de 19h30.
Mais gare, gare, ce fameux courant pourrait devenir décisif une heure plus tard, à l’approche de la marque de parcours Saint Gowan. Ici la marée va s’inverser, engendrant un flot de face jusqu’à 3 nœuds ! Malgré un vent forcissant jusqu’à une quinzaine de nœuds, ce paramètre pourrait venir bouleverser les classements en accentuant les écarts, même les plus infimes. Il sera bon de ne pas trop traîner à ce niveau du canal de Bristol au risque de payer cash le moindre petit retard.

Les premiers à passer la marque pourront ouvrir leurs voiles et probablement envoyer leur gennaker pour croquer les milles à bonne allure vers l’archipel des Scilly. La nuit sera probablement pimentée par des phénomènes locaux orageux occasionnant des pointes de vent à 25-30 nœuds sous les averses.