SailGP. Premier jour piégeux à Aarhus

Le circuit SailGP s’est arrêté à Aarhus au Danemark ce week-end. Après une journée d’entraînement dans une brise soutenue jeudi, c’est dans un vent faible et erratique que les 7 équipages se sont affrontés ce vendredi. A ce jeu, ce sont les Australiens qui s’en sont le mieux sorti, contrairement aux Français qui ont manqué de réussite et sont 7e à l’issue de ce premier jour de course. Les Anglais et les Néozélandais complètent le podium provisoire.

Alors que le vent était au rendez-vous à l’entraînement, permettant aux Anglais de Ben Ainslie d’atteindre le nouveau record de 98,3 km/h de vitesse, c’est dans les petits airs et sur une eau parfaitement lisse que les équipages ont régaté aujourd’hui. Situé au plus près de la côte danoise, le stade nautique d’Aarhus a été particulièrement piégeur avec de véritables trous d’airs aux abords de la porte au vent.

A domicile, Nicolai Sehested et ses hommes ont signé une belle victoire de la première course du jour devant les Australiens, les Néo-Zélandais et les Anglais qui sont passés de la première à la quatrième place en quelques secondes sur le dernier petit bord vers la ligne d’arrivée. Les Français de Billy Besson, légèrement en retrait au départ mais aux avant-postes au début de la manche, terminent 6e.

L’équipage tricolore s’est ressaisi pour la deuxième manche avec un beau départ au vent de la flotte. Troisième à la première marque de parcours, il a pris la tête au premier portant mais finit septième, au terme d’une manche très compliquée avec des vents aussi aléatoires en direction qu’en intensité. Jimmy Spithill (USA) remporte la course, suivi par Tom Slingsby (AUS) et Nathan Outteridge (JAP). Cette manche a aussi été marquée par la pénalité des Néo-Zélandais et de l’équipe tricolore. Billy Besson écope de 4 points, quand Peter Burling ne prend que deux points. Un jugement considéré comme injuste pour le barreur “Je n’ai pas vu le F50 NZL dans mon tableau arrière et au moment où je le vois, je lofe tout ce que je peux pour m’écarter le plus possible comme le veut la règle. C’est difficile d’estimer la bonne distance de sécurité. Puis j’arrête un peu de lofer, je ralentis car on vient de passer la bouée pour attaquer le portant. Donc j’imagine que les Néo-Zélandais vont abattre, et non, ils attaquent et reviennent encore plus fort et nous touchent. Donc j’essaie à nouveau d’éviter le contact mais je n’arrive pas à faire mieux, nous sommes trop proches. Je pense que nous avons été jugés trop sévèrement par les arbitres et ce n’est pas juste de prendre 4 points alors que les NZL n’en prennent que 2. Nous avons fait tout ce que nous avons pu pour nous écarter et les Néo-Zélandais ont été beaucoup trop attaquants.”

La troisième course du jour signe le grand retour de Sir Ben Ainslie aux commandes. Peter Burling et Blair Tuke, de retour des Jeux Olympiques de Tokyo avec une médaille d’argent en 49er (après l’or à Rio en 2016) terminent deuxièmes avec leur équipage néo-zélandais. Belle troisième manche des Français, troisièmes jusqu’à la dernière marque à laquelle les Américains de Jimmy Spithill arrivent avec plus de vitesse pour les doubler avant l’arrivée.

Un bilan mitigé donc après cette première journée de course où les nerfs de notre barreur français ont été mis à rude épreuve. “Quand tu vois que tu as bataillé toute la journée et que tu te retrouves plus proche en points du bateau (DNS) qui n’a pas navigué de la journée que de celui qui est avant dernier devant nous, c’est la honte. Il est où le spectacle là ? Je suis déçu et énervé. Demain on n’a plus rien à perdre, on grille toutes nos cartouches. »

Demain, les conditions météorologiques devraient être similaires. Si les trois premières équipes se tiennent à 1 et 2 points d’écart ce soir au classement général provisoire du Rockwool Denmark Sail Grand Prix, 6 points séparent les Français du podium. Ils n’auront donc pas le droit à l’erreur lors des deux courses en flotte, à suivre en direct à 13h sur Canal+ Décalé avec Hélène Cougoule et Franck Cammas aux commentaires.

Les Espagnols ont chaviré et subi des casses matériels lors de la journée d’entraînement, ils n’ont donc pas pu participer aux trois courses du jour.

CLASSEMENT PROVISOIRE DE L’ÉVÉNEMENT
1- AUSTRALIA / Tom Slingsby / 18 points
2- GREAT BRITAIN / Ben Ainslie / 17 points
3- UNITED STATES / Jimmy Spithill / 16 points
4- DENMARK / Nicolai Sehested / 15 points
5- NEW ZEALAND / Peter Burling / 14 points
6- JAPAN Nathan / Outteridge / 13 points
7- FRANCE / Billy Besson / 6 points
8- SPAIN / Phil Robertson / 0 point

COURSE 1
1- DENMARK / Nicolai Sehested / 8 points
2- AUSTRALIA / Tom Slingsby / 7 points
3- NEW ZEALAND / Peter Burling / 6 points
4- GREAT BRITAIN / Ben Ainslie / 5 points
5- JAPAN Nathan / Outteridge / 4 points
6- FRANCE / Billy Besson / 3 points
7- UNITED STATES / Jimmy Spithill / 2 points
8- SPAIN / Phil Robertson / 0 point

COURSE 2
1- UNITED STATES / Jimmy Spithill / 8 points
2- AUSTRALIA / Tom Slingsby / 7 points
3- JAPAN / Nathan Outteridge / 6 points
4- DENMARK / Nicolai Sehested / 5 points
5- GREAT BRITAIN / Ben Ainslie / 4 points
6- NEW ZEALAND / Peter Burling / 3 points
7- FRANCE / Billy Besson / 2 points
8- SPAIN / Phil Robertson / 0 point

COURSE 3
1- GREAT BRITAIN / Ben Ainslie / 8 points
2- NEW ZEALAND / Peter Burling / 7 points
3- UNITED STATES / Jimmy Spithill / 6 points
4- FRANCE / Billy Besson / 5 points
5- AUSTRALIA / Tom Slingsby / 4 points
6- JAPAN / Nathan Outteridge / 3 points
7- DENMARK / Nicolai Sehested / 2 points
8- SPAIN / Phil Robertson / 0 point