Les grands noms de la voile sont présents

arrivée Saint-Nazaire Macif
DR

Hier après-midi, l’arrivée de Sodebo, le trimaran de 31 mètres de long de Thomas Coville n’est évidemment pas passé inaperçu dans le bassin du port de Saint-Nazaire. Son skipper compte parmi les concurrents de la première heure du Record SNSM, toujours présent pour s’engager et braquer les projecteurs médiatiques sur les sauveteurs en mer. A l’occasion de cette 9e édition, le marin « multi tourdumondiste », réputé pour son sens de l’engagement, renouvelle avec un enthousiasme sincère son soutien aux bénévoles de la SNSM. Premier vainqueur de cette manifestation créée en 2005 sur laquelle il avait établi un premier temps de référence, le skipper de Sodebo affirme que « le soutien des marins à ce trophée qui attire l’attention sur la sécurité en mer et encourage les dons aux Sauveteurs en Mer, n’a pas de sens sur une seule mobilisation.

- Publicité -

Pour cette édition, Thomas Coville a choisi cette année de créer sur le maxi trimaran Sodebo un rendez vous atypique en accueillant sur son bateau, le comédien Jacques Gamblin et le trompettiste Alex Tassel. Ces deux personnalités qui ne viennent pas du milieu sportif ont accepté l’invitation de vivre et de partager une expérience inédite avec une nuit en mer à bord de ce maxi trimaran de course conçu pour le grand large dont le tour du monde en solitaire pour lequel Thomas Coville sera en stand by à l’automne prochain. Entouré de son équipe technique, le skipper de Sodebo régatera sur le parcours de 360 milles entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine. Sur la ligne de départ, il pourra compter sur le Maxi Banque Populaire VII mené pour l’occasion par Bertrand Pacé, le skipper aux multiples Coupe de l’America et du Tour de France à la Voile qui affiche l’un des palmarès les plus étoffés de la voile française, pour lui donner la réplique dans la catégorie de multicoques ultimes.

Il va manquer à cette 9è édition du Record SNSM. Alors qu’il venait de mettre à l’eau après un long chantier post Vendée Globle son célèbre Votre Nom Autour du Monde, Bertrand de Broc a annoncé qu’il ne sera finalement pas de la fête à Saint-Nazaire et de la partie sur le parcours à deux boucles de 360 milles. La faute à du retard pris dans la préparation du bateau en raison des mauvaises conditions météo de ces derniers jours. ” Participer au Record SNSM est une façon de remercier tous les bénévoles pour leur travail et de participer à la vie active de la SNSM. Ces femmes et ces hommes ont une famille et un métier… Pourtant ils veillent sur nous et parfois au péril de leur vie. Bien entendu, nous sommes très déçus de ne pouvoir y être. Nous sommes tout coeur avec eux, et nous souhaitons bon vent aux équipages. A notre manière, nous les saluerons en reversant une partie de notre inscription à la SNSM”, a expliqué le skipper.

Ils ont dit

Thomas Coville, skipper du G Class Sodebo : “Ces protecteurs sont présents s’il le faut tous les jours de l’année, à n’importe quelle heure. On a tendance à les oublier ; mais eux ne s’essoufflent jamais. C’est leur grande force. Avec Sodebo, nous sommes engagés depuis l’origine sur ce Record qui leur est dédié, et nous serons toujours présents aux côtés de gens qui s’engagent quoiqu’il arrive.”

Bertrand Pacé, skipper du G Class Maxi Banque Popualire VII : “C’est la première fois que je participe au Record SNSM. J’ai la chance de le courir à bord du Maxi Solo Banque Populaire VII, un fantastique bateau mené par une équipe soudée, compétente et très professionnelle ! Ce n’est pas une course anodine car elle met en valeur la SNSM et l’énorme travail des sauveteurs bénévoles à travers la France. C’est une juste récompense de la part des marins d’y participer ! En ce qui nous concerne nous allons essayer de naviguer au mieux, en espérant que les conditions soient bonnes pour un record.

Eric Darni, skipper du Class40 Ecoelec : “Le Record SNSM, c’est quelques jours pour remercier et mettre en lumière ces hommes et ces femmes bénévoles qui veillent toute l’année sur notre sécurité. Nous pouvons tous aider la SNSM, en commençant par porter nos gilets de sauvetage systématiquement dès que l’on sort en mer, même quand les conditions sont clémentes. Les skippers de la course au large doivent montrer l’exemple, c’est pourquoi je porte toujours mon gilet.