LA PROCHAINE ODYSSÉE DU GEANT ORANGE II

Mise à l´eau d´Orange II
Mise à l´eau d´Orange II

Interview de Bruno Peyron :
Repartir autour du monde pour la troisième fois !
On a construit ce grand bateau avec pour objectif d’en faire le voilier le plus rapide sur tous les océans du monde dans les 5 années qui viennent. Par voie de conséquence, notre ambition passe par différents projets dont le tour du monde est la priorité numéro 1. Le fait de l’avoir déjà fait, de bien connaître le parcours et d’avoir l’expérience de ce genre de bateaux sont un ensemble de choses qui font qu’on est en bonne position pour réussir notre pari dans les années qui viennent. Retourner autour du monde pour la troisième fois n’a rien d’obsessionnel pour moi. C’est comme si vous demandiez à un athlète pourquoi il va tenter de battre le record du 100 mètres pendant 10 ans ! C’est une quête de la performance dans un univers que l’on connaît maintenant un peu mieux mais dont nous savons qu’il a aussi, encore, à nous apprendre…

La Préparation du bateau
Toute l’équipe a beaucoup travaillé depuis cet été pour résoudre les petits problèmes que nous avons rencontrés depuis l’hiver dernier. On a aujourd’hui des safrans qui fonctionnent parfaitement bien. Les problèmes de crashbox et de transformation des systèmes de propulsion ont été réglés. L’autre axe de travail a été l’amélioration de sa performance, apprendre à bien le manœuvrer car il est très puissant. On a parcouru plus de 20 000 milles en 6 mois, donc on connaît mieux la façon de le faire aller très vite. Orange II est aujourd’hui dans une version d’optimisation parfaite.

L’équipage
J’attache toujours autant d’importance à l’esprit du groupe et chaque équipier doit apporter une compétence complémentaire à celle des autres. Mais une chose est nouvelle cette année, car on s’est rendu compte que la qualité des barreurs était encore plus essentielle qu’on ne le pensait déjà. D’abord parce que ce bateau demande une vigilance de tous les instants. Et puis, à la différence d’un monocoque, la vitesse établie entre un bon barreur et un excellent barreur peut atteindre entre 3 et 5 nœuds sur un grand multicoque. Vous imaginez la différence en nombre de milles à l’arrivée… J’ai donc fait particulièrement attention cette année dans la composition de l’équipage, pour avoir dans chacun des 3 quarts, au moins 2 très bons barreurs. Dans le choix de mon équipage, j´ai tenu à donner la priorité à la « dream team » » (l´équipage vainqueur du Trophée Jules Verne 2002). On retrouvera donc des noms comme, Yann Elies, Philippe Péché, Ronan Le Goff, Yves Le Blévec, Jean-Baptiste Epron, Florent Chastel, mais aussi ceux qui étaient présents à mes côtés l’hiver dernier ou cet été, comme Roger Nilson, Jacques Caraes, Sébastien Audigane, Lionel Lemonchois, Nicolas de Castro ou Ludovic Aglaor…

Le Trophée Jules Verne ou le tour du monde absolu…
Quelque soit le nom qu’on lui donne, ce parcours est réellement étonnant quand on regarde le nombre de tentatives qui ont eu lieu avec finalement peu de réussite. La performance la plus impressionnante est bien sur celle de Steve Fossett, et elle se passe de tous commentaires. Un parcours parfait, une très bonne maîtrise, un bon équipage, un bon bateau, une excellente navigation et puis le petit coup de pouce de la chance, nécessaire pour une telle performance. Il faut se rappeler que l’équipage de Fossett a réussi à nous reprendre 4 jours, uniquement sur la dernière partie du parcours, dans la remontée de l’Atlantique entre l’équateur et l’arrivée… La chance ne sourit qu’aux audacieux et aux projets bien menés. Et puis, le petit coup de chance, Fossett ne l’a eu qu’à la fin. Donc s’il n’avait pas fait 58 jours, il aurait fait 60 ou 61… La performance de Kersauson est presque plus « logique ». C’était une belle navigation, avec un bateau bien préparé mais avec des difficultés-météo que n’a pas connu Fossett, ce qui fait la différence entre les deux. Ces deux performances sont très respectables d’un point de vue sportif et constituent désormais nos deux objectifs majeurs.

(Source Orange) »