Guyader 1000 race. Avarie de quille pour Corum L’Epargne, Charlie Dalin largement en tête

Guyader Bermudes 1000 Race - Brest 08/05/2022

Charlie Dalin domine largement cette Guyader 1000 race. Deux abandons sont à déplorer. Le skipper hongrois Szabolcs Weores a fait demi-tour lundi après en proie à des problèmes sur ses systèmes de communication et de navigation. Cette nuit, Nicolas Troussel, skipper de Corum L’Epargne a subi une avarie de quille.

- Publicité -

Les ‘foilers’, grâce à une vingtaine de nœuds de vent durant cette deuxième nuit de compétition, ont pu exprimer tout leur potentiel. De quoi permettre au trio de tête (Dalin-Beyou-Ruyant) de conforter sa position et de voir revenir, aussi, Louis Burton (Bureau Vallée), auteur d’une sacrée ‘remontada’ (4e).

Il s’agissait d’un passage obligé, d’une approche délicate avant de mettre le cap sur le sud. Contourner le Fastnet est toujours un moment fort, l’assurance de conserver cet instantanée gravée au fond de soi parce que l’endroit concentre fascination et appréhension. Les concurrents de la Guyader Bermudes 1000 Race s’y sont attelés depuis hier après-midi, entre le leader, Charlie Dalin (APIVIA) en début d’après-midi et Denis Van Weynberg (Laboratoires de Biarritz) ce mardi matin.

Le même trio et un nouveau poursuivant

Pour la tête de course, c’est déjà de l’histoire ancienne. Le trio Dalin (APIVIA) – Beyou (Charal) – Ruyant (LinkedOut) file désormais vers le way-point Gallimard, à 340 milles au nord-ouest du cap Finisterre. Et ça va vite, enfin, juchés sur les foils en bénéficiant d’une vingtaine de nœuds d’un vent de sud-ouest. « Ça leur a permis de faire de bons bords de vitesse, constate Hubert Lemonnier à la direction de course. « Les conditions sont assez musclées depuis le Fastnet et ça a permis aux bateaux de s’exprimer dans la nuit ».

Et ceux qui tirent leur épingle du jeu, ce sont les ‘foilers’. Difficile en effet de tenir leur rythme dans de telles circonstances. Nicolas Lunven (Banque Populaire), qui occupait avec panache la 4e place à bord de son monocoque à dérive droite, a ainsi vu débouler Louis Burton (Bureau Vallée). Encore 10e la veille, le Malouin s’est offert une incroyable ‘remontada’. Il a ainsi parcouru 62,8 milles lors des 4 dernières heures et pointe son étrave à moins de 30 milles du trio de tête.

Dans une moindre mesure, Benjamin Dutreux (GUYOT Environnement – Water Family) est aussi revenu dans le jeu (6e). « Benjamin était plus décalé et plus latéral, décrypte Hubert. Concernant Bureau Vallée, les angles étaient hyper favorables, il a juste bénéficié de conditions idéales pour voler. » Forcément, les bateaux à dérive droite en pâtissent : Nicolas Lunven (4e), Conrad Colman (Imagine, 10e) et Éric Bellion (Commeunseulhomme, 11e) se sont fait devancer.