FenêtréA-Prysmian remis à l´eau

FenêtréA Prysmian remis à l`eau
DR

Comme prévu, le Multi50 d’Erwan Le Roux a retrouvé son élément, ce mardi, en début d’après-midi, à Hennebont, après un peu moins de deux mois et demi de chantier durant lesquels le skipper Morbihannais, Giancarlo Pedote puis Adam Currier, le préparateur, ont procédé à une remise en état du bateau. « Nous avons essayé de faire au plus simple. En clair, nous avons réalisé un entretien assez classique dont l’essentiel peut se résumer à des petites réparations et des petites bidouilles. Nous avions, par exemple, constaté quelques petits enfoncements ici et là sur le multicoque à l’issue de la Route du Rhum, mais rien d’anormal après une transatlantique », explique Erwan qui a, par ailleurs, réalisé une « mise à jour » de la décoration de son bateau. « Je suis bien content de remettre à l’eau. Après avoir navigué tout l’hiver en Diam 24, ça fait du bien de retrouver la bonne taille de bateau (rires), surtout avec le beau temps actuel ! », déclare le vainqueur de la Route du Rhum.

Lui et son acolyte, l’Italien Giancarlo Pedote, ont toutefois encore un peu de travail à réaliser avant d’entamer leurs premiers entraînements sur l’eau. « Dans l’immédiat, notre objectif est de finir de bien préparer FenêtréA-Prysmian. Pour commencer, nous devons finir de gréer pour effectuer – vraisemblablement demain –  le convoyage jusqu’à la Trinité-sur-Mer. Une fois sur place, nous entamerons tout un protocole de validations techniques », détaille Erwan Le Roux qui doit également faire un check-up complet de la garde-robe de sa monture. « Dans un premier temps, nous allons naviguer avec les voiles que j’avais lors de la Route du Rhum pour nous assurer qu’il n’y a pas de problèmes structurels car nous avons prévu de les envoyer en déco prochainement afin de les utiliser pendant la Transat Jacques Vabre, à l’automne prochain. Nous changerons de « moteur » juste avant le Grand Prix Guyader », a ajouté le navigateur qui attaquera les entraînements dès que possible.

« L’idée, c’est que le bateau soit prêt et performant à Douarnenez. Nous avons trois semaines devant nous. Cette période s’annonce sympa car je vais pouvoir observer le sourire de Giancarlo lors de nos premières sorties en mer », termine le skipper. De fait, son binôme est particulièrement impatient de naviguer et de partager cette aventure basée sur l’échange et le partage. « Cette mise à l’eau du 50 pieds est une étape importante dans notre projet mais la phase de chantier qui s’achève l’a été tout autant. Pour moi, il était important de connaître et  comprendre le bateau. Aujourd’hui, je suis content de pouvoir commencer à naviguer. Nos premières sorties en mer vont être très importantes. L’essentiel est de faire les choses dans l’ordre mais je suis évidement très impatient d’apprendre le fonctionnement du bateau », commente l’ancien Ministe.