Duel en tête entre Actual et Crêpes Whaou 3

Actual et Crêpes Whaou 3
DR

Il suffit parfois de pas grand-chose pour louper le coche, mais il arrive que de petites causes produisent de grands effets. Ainsi les premières vingt quatre heures de course ont-elles sanctionné durement les poursuivants des deux leaders, Yves le Blévec (Actual) et Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou ! 3). Seul l’équipage de Loïc Féquet (Crêpes Whaou ! 2) a pu limiter la casse à la faveur d’un passage de la pointe du Cotentin contre le courant pour les deux leaders, obligés de jouer à raser la côte pour s’abriter du jusant.

- Publicité -

Pour les autres le contournement de la pointe de Bretagne a joué les rôles de garde-barrière, refermant brusquement la porte devant leur étrave. Erwan Le Roux (FenêtréA Cardinal) et son équipage ont ainsi vu s’échapper à l’entrée du raz de Sein, l’équipage de Pierre Hingant (La mer révèle nos sens) qui naviguait à vue. A la renverse, l’un était tout juste sorti des pièges du raz, quand l’autre moins de deux milles derrière subissait de plein fouet les assauts d’un courant contraire…

Heureusement, il reste encore beaucoup de milles pour inverser les tendances et l’équipage de FenêtréA Cardinal au prix d’une navigation rase-cailloux culottée avait refait une grande partie de son retard au pointage de 16 heures. Il reste que les prévisions de Météo France ne sont guère optimiste pour la queue de flotte, en prévoyant un vent mollissant progressivement par l’ouest de la zone.

Petits plats ou grignotage
Les premières heures de course sont aussi l’occasion de reprendre un rythme spécifique à coup de sommeils fractionnés, de repas volés sur des temps de pause, d’adaptation de l’équipage aux exigences du bateau et de la course. Ici, chacun gère selon ses humeurs et parfois ses ambitions… Quand l’équipage de PiR2 se mitonne quelques plats roboratifs, d’autres, à l’instar des jeunes loups de Crêpes Whaou 2 ! se contentent de grignoter. Attention toutefois à ne pas se mettre dans le rouge : la route vers l’embouchure de la Neva est encore longue et parsemée de nombreux obstacles. Et la lucidité sera un élément décisif à l’heure des premiers choix de route. Savoir jusqu’où l’on peut aller trop loin, trouver le bon usage d’un coup de surchauffe limité dans le temps ; ce sont souvent ces petits secrets qui forgent les grandes performances.

Paroles de mer :
Erwan Le Roux (FenêtréA Cardinal)
« Cela pourrait aller mieux. On s’est fait distancer par l’équipage de La mer révèle nos sens dans le raz de Sein. Ils étaient à peine devant nous, mais du bon côté et quand on a commencé à prendre le courant dans le nez, on les a vu partir sans pouvoir rien faire. On vient de passer plusieurs heures à tirer des bords contre le courant et on a dû aller faire du rase-cailloux. Je crois que les gars du sémaphore de la pointe du Raz ont dû bien rigoler. »

Loïc Féquet (Crêpes Whaou ! 2)
« Nous sommes bien installés dans notre course et nous nous organisons à bord.
Nous sommes contents d’avoir passé la pointe de Bretagne ce matin dans la même
marée que les deux premiers. Ils nous ont un peu distancés cette nuit mais pas de panique, la route est longue. Nous découvrons un peu plus le Crêpes Whaou 2, nous avons eu de bonnes phases hier avec les deux bateaux plus récents et ça nous a bien motivés pour la suite du parcours. On est sous gennaker en route directe vers la Hague à 17,5nds ça glisse bien. »

Classement au pointage de 16 heures
– 1 Actual (Y Le Blévec) à 1454,1 milles de l’arrivée
– 2 Crêpes Whaou ! 3 (FY Escoffier) à 2,8 milles du premier
– 3 Crêpes Whaou ! 2 (L Féquet) à 43,6 milles du premier
– 4 Région Aquitaine Port-Médoc (L Roucayrol) à 106,7 milles du premier
– 5 La mer révèle nos sens (P Hingant) à 132,5 milles du premier