Départ de Granville à destination de Roscoff

Parcours technique Granville
DR


Quatre-vingt quatorze milles les séparent de Roscoff en route directe. Mais le vent de secteur Nord-Ouest vient pimenter la course en obligeant les bateaux à tirer des bords. Encore une fois, l’étape de ralliement se fera au près dans une dizaine de nœuds de vent au début. Celui-ci devrait ensuite mollir au passage d’un petit front pour se renforcer ensuite jusqu’à 18-20 nœuds aux abords de Roscoff que la flotte devrait atteindre aux alentours de 23 heures. Les M34 sont en train de traverser la baie de Saint-Malo avec la marée descendante. Le courant est donc portant jusqu’en fin de matinée. A la renverse, les bateaux vont se rapprocher au plus près de la côte et aller slalomer entre les cailloux dans les Heaux de Bréhat. Les cerveaux des navigateurs vont chauffer ! Il n’y aura pas beaucoup d’eau sous les quilles et beaucoup de courant car nous sommes en période de vives-eaux. Les équipages devront manœuvrer dans une zone particulièrement mal pavée sur un tapis roulant lancé à grande vitesse. Actuellement, Bretagne – Crédit Mutuel Elite est le plus proche de la côté. A leur vent, Be. Brussels – Bienne Voile et Nantes –  Saint Nazaire sont quasiment bord à bord. Courrier Dunkerque 3 et Toulon Provence Méditerranée – COYCH ont décidé de tirer un bord vers les Iles Chausey, au vent de la flotte. Groupama 34, Team Oman Sail et Ville de Genève – Carrefour Addictions sont placés entre les deux groupes.

Christopher Pratt, navigateur de Courrier Dunkerque 3 : « Nous allons devoir être très vigilants avec les renverses de courant qui vont être des moments clés de l’étape. Le courant est très fort et va être tour à tour favorable et très défavorable. Les bateaux vont évoluer sur un grand tapis roulant. A partir de 14h, quand le courant va être contraire, les bateaux vont être obligés de tirer des bords au plus près des cailloux, au niveau des Heaux de Bréhat. C’est assez stressant mais nous n’avons pas le choix. »

Delphine Wolters, skipper de Be. Brussels – Bienne Voile : « Nous avons préparé la navigation et le bateau hier soir pour pouvoir dormir un maximum ce matin comme le départ était très tôt. C’était important d’être en forme car encore une fois l’étape va être entièrement au près. C’est une allure fatigante, on préfèrerait être au portant ! Aujourd’hui c’est la quille qui va retenir toute notre attention. Nous allons être tout près des cailloux, il y a un vrai risque de toucher mais nous faisons super confiance à notre navigateur.

Nicolas Groux, skipper de Ville de Genève – Carrefour Addictions : « Nous avons fait une super journée hier sur les parcours techniques. Nous avons forcément le moral ce matin même si la nuit a été courte. Nous voulons vraiment assurer aujourd’hui parce que jusqu’ici les étapes de ralliement n’ont pas été notre fort. Mais nous sommes en confiance, l’ambiance est toujours aussi bonne à bord. C’est primordial pour nous car ces longues étapes sont dures à encaisser. »

Daniel Souben, skipper de Courrier Dunkerque 3 : « La nuit a été courte et de qualité. Le rythme est intense donc la récupération entre les journées est très importante surtout quand on repart pour une étape au près. Aujourd’hui la concentration sur la navigation est fondamentale pour faire une bonne place. Il y aura des décisions très importantes à prendre et dès le départ. Il ne faut pas passer à côté de ces moments là. »