Thibaut Vauchel-Camus et son équipe ont effectué leur première navigation à bord du nouveau Multi50.  » Je suis content et heureux mais aussi fatigué après des mois de travail. La première navigation s’est bien passé dans des conditions légères idéales pour une première navigation. On est monté à 15 nds avec 9-10 nds de vent. j’ai hâte de naviguer avec un peu plus den vent.  »

Après neuf mois de chantier, le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP a été mis à l’eau le 20 janvier à Dubaï où il a été construit par le nouveau chantier ENATA sur plans VPLP. Pour Thibaut Vauchel-Camus, c’est une nouvelle étape en vue de la Route du Rhum où il s’alignera avec 5 autres Multi50.

« La construction a été un gros dossier comme pour tout bateau mais là c’était une première pour pas mal de monde, cela a pris le temps qu’il fallait et le rendu est plutôt positif. Ce chantier a été une magnifique expérience pour moi qui n’avait jamais construit de voiliers de cette ampleur. Je me suis transformé en chef d’orchestre en m’impliquant dans toutes les composantes de sa conception et en écoutant avec attention l’ensemble des personnes d’expérience tant au niveau du bateau que de la technique. Il aura fallu 30 000 heures de travail et 170 personnes en France et à Dubaï. ».

Après Ciela Village, c’est le deuxième Multi50 pensé et conçu avec des foils. « Ce bateau va être plus raide et je pense que nous allons gagner 15% à 20% en vitesse de pointe par rapport à la génération précédente. » Issus des mêmes plans du cabinet VPLP, le Multi50 Solidaires En Peloton – ARSEP dispose des mêmes appendices, foils et dérives qui sont ceux de la classe mais se différencie de Ciela Village avec quelques évolutions : « On n’a pas les mêmes flotteurs, les mêmes bras, ni le même cockpit. La coque centrale est ressemblante mis à part l’ergonomie. On a une plateforme en X et une barre d’écoute circulaire à l’arrière. Nous avons optimisé son design, en exploitant la place permise aux évolutions, tout en restant dans le cadre maîtrisé de la jauge Multi50. Nous avons dessiné une casquette atypique en extrapolant des modèles existants. »
Après quelques navigations à Oman, le bateau sera convoyé pendant 50 milles pour être transporté par cargo jusqu’à Gibraltar. L’équipe le convoiera ensuite juqu’à St-malo où à 4 à bord, ils travaillerons à sa prise en main et sa mise au point. Fin mars, le bateau pourra rejoindre les autres Multi50 qui seront sortis d’hivernage. « Ce trimaran de 50 pieds existe pour les patients atteints de la sclérose en plaques, il a pour objectif de faire prendre conscience à tous des difficultés engendrées par cette maladie.»