Un choix de voiles déterminant

départ Rio 09
DR

Simon Fry de North Sails confirme cette analyse. « Il sera crucial cette fois de bien réfléchir sur l’utilisation du budget. Ce sera notamment la recherche concernant le nombre réduit de voiles qui sera déterminant. La garde-robe aura une grande influence sur les angles que le bateau peut exploiter. »

Pendant la dernière épreuve, Green Dragon était une des équipes avec un budget limité et son skipper Ian Walker a dû réconcilier ses objectifs en termes de performance avec ces contraintes économiques. Pour lui, les nouvelles règles imposent des choix importants pendant la préparation du bateau. « La première étape est un bon exemple. Il faut une large gamme de voiles pour cette étape qui a duré 23 jours la dernière fois et cette fois on n’aura droit qu’à trois spinnakers au lieu de cinq. Il va falloir un code zéro pour traverser le Pot au Noir et un spi de tête pour les alizés avant une voile de reaching ou un reacher A3. Ce sera pareil au près. On n’aura droit qu’à trois voiles de tête au lieu de cinq ».

Ce ne sera pas uniquement le choix de voiles qui sera modifié, car il faut rappeler que les voiles de tête seront utilisées deux fois plus que lors de la dernière course. Ian Walker se souvient aussi qu’en 2008-2009, les voiles se sont vite dégradées sous l’effet des UV. « Notre grand-voile est partie en lambeaux lors de notre remontée vers la Chine. Avec seulement deux grand-voiles à bord pour le tour du monde et les courses in-port, le développement de ces voiles sera très important et il va falloir être très prudent ».  La prudence s’imposera lors des manoeuvres et des changements de voile, car il ne sera plus question de prendre des risques. Walker rajoute que cette nouvelle donne modifiera également le matossage et par conséquent l’angle de la quille.

Simon Fry estime cependant que cette mesure pourrait inciter les équipes à développer des voiles plus efficaces et plus spécialisées, mais en même temps reconnaît que cette option risquera d’imposer des contraintes au niveau de l’angle au vent et que cela pourrait engendrer de nouvelles approches tactiques lors de ce tour du monde.