Spirit of Sark remporte la seconde étape du Global Challenge

Spirit of Sark / Global Challenge
Spirit of Sark / Global Challenge

36 jours, 7 heures, 2 minutes et 33 secondes de mer, voilà le temps qu’il aura fallu à Gillespie et ses troupes pour avaler les 6100 milles (sur la route théorique) séparant Buenos Aires de Wellington. Et ce temps est un grand motif de satisfaction pour Gillespie, qui bat le record de ce parcours établi en 2001 par un certain Conrad Humphreys, qui s’était en outre adjugé la victoire finale lors de la dernière édition du Global Challenge… L’Ecossais Gillespie, à 38 ans, a lui aussi disputé l’édition précédente, mais en tant qu’équipier – s’adjuger une victoire d’étape pour sa première participation en tant que chef de bord revêt naturellement une dimension particulière. Ajoutez à cela le fait que cette seconde manche peut être considérée comme une des plus exigeantes du parcours, et vous aurez une bonne idée de la joie de Gillespie à son arrivée à Wellington, hier à 23h57 GMT. Talonné par BP Explorer (doublé dans les dernières heures de course !), à seulement 35 minutes derrière lui, Spirit of Sark aura dû batailler ferme dans 40 nœuds de vent pour contenir les assauts d’un rival déterminé, mais finalement impuissant.

Voir le Horn…
Le passage du Horn, que l’ensemble de la flotte a choisi d’attaquer après avoir embouqué le détroit de Le Maire (séparant la Terre de Feu de l’île des Etats), restera un des grands moments de cette étape pour les équipiers amateurs, venus ici chercher leur Graal (pour la modique somme de 37 585 Euros, tout de même !!!). A bord de Spirit of Sark, Rachel Morgan raconte : « 40 nœuds de vent, des vagues grises et vertes explosant sur le pont, la masse très sombre d’un grain se profilant devant nous, avec la promesse d’un renforcement du vent… J’étais sur la plage avant, la silhouette du cap Horn se détachant au-dessus des vagues, mystérieuse et magnifique à travers la piqûre des embruns. C’est ça ! C’est ça que je suis venue chercher, et rien d’autre. Je suis en bas du monde, mais j’ai l’impression de flotter au-dessus ». Rappelons que 12 monotypes de 72 pieds sont engagés dans cette compétition où seuls les skippers sont des marins professionnels. Trois bateaux sont aujourd’hui arrivés à Wellington (BG Spirit, en troisième position, talonnait BP Explorer de 3 petites minutes !), le second paquet étant attendu cet après-midi aux alentours de 17 heures GMT.

JB