Solitaire. Les explications de Xavier Macaire, un casier et plus d’ordi

Du stress, de l’émotion et du terrain perdu, Xavier Macaire est en galère sur cette deuxième étape où il devrait perdre beaucoup de temps sur son dauphin Pierre Quiroga.

Des nouvelles de Xavier : « Je suis un petit peu en galère depuis la nuit dernière. Je me suis retrouvé bloqué dans un casier vers 23 heures, j’ai mis longtemps à m’en sortir. J’ai essayé de le dégager avec ma canne à algues, mais c’était impossible de l’attraper. Il bougeait dans tous les sens avec les mouvements du bateau. Il était enroulé autour de la quille. Au final, j’ai été obligé de plonger pour le couper. J’ai affalé le génois, je me suis équipé de ma combinaison, de mon masque, d’une lampe frontale étanche. J’ai pris la balise AIS (système de géolocalisation par VHF, ndlr). Il m’a fallu un petit moment pour prendre mon souffle et trouver le courage de plonger sous l’eau, sous la quille. Je me suis concentré pendant 20 secondes et j’y suis allé. Effectivement, un cordage était coincé assez profond, plutôt dans le bas de la quille. Tout cela a généré beaucoup d’émotions, un peu de stress de devoir plonger de nuit et pas mal de terrain perdu. À cela s’ajoutent des problèmes d’ordinateur : je n’ai plus la navigation, les routages, la météo, la stratégie… Je suis donc resté sur la stratégie initiale qu’on avait étudiée avant le départ mais ce n’est pas terrible. Je suis passé à l’Ouest de Guernesey, alors que pas mal de concurrents sont passés par l’Est. J’ai encore reperdu sur ce coup-là. Mais il reste encore un peu de route, je m’accroche et je vais essayer de bien tenir le rythme jusqu’à l’arrivée. Je vais bientôt passer le raz Blanchard, et j’avance vers Fécamp ! »