Mini. Marion Boutemy en Mini avec Benjamin Dutreux


A 28 ans, Marion Boutemy s’apprête à effectuer ses grands débuts en classe Mini 6.50 à l’occasion de la Plastimo Lorient Mini, course en double de 250 milles qui s’élance jeudi. La Lyonnaise d’origine, qui a auparavant travaillé dans la restauration avant de s’initier à la navigation en habitable au sein du Team Vendée Formation, dont elle porte les couleurs, a choisi pour l’accompagner un équipier de choc, Benjamin Dutreux, 9è du dernier Vendée Globe.

Ambiance studieuse vendredi dernier sur le terre-plein de Port la Vie, le port de Saint Gilles Croix de Vie, où le Mini de série n° 995 Team Vendée Formation est l’objet de toutes les attentions de sa skipper, Marion Boutemy, secondée par trois jeunes du Team, Thibault, Mathis et Ewen. Le lendemain, la jeune femme doit en effet prendre la mer pour rallier Lorient, où est donné jeudi à 17h le départ de la course inaugurale de la saison de Mini 6.50 sur le bassin Atlantique, la Plastimo Lorient Mini. Pour l’accompagner sur sa toute première épreuve sur le circuit, Marion n’a pas choisi n’importe qui, puisqu’elle a passé un coup de fil à Benjamin Dutreux, membre lui aussi de la structure vendéenne et récent 9e du Vendée Globe 2020. Marion et Benjamin
sur le Mini de série n°995

Proposition vite acceptée par ce dernier : « Je n’ai jamais fait de Mini et encore moins de bateau avez un nez rond (le Vector, signé Etienne Bertrand, a une étrave arrondie de type scow). Ça fait un bout de temps que j’en parle, donc c’est l’occasion de passer à l’acte, d’autant que je commençais à avoir envie de renaviguer. » Quelques entraînements à Saint Gilles et le convoyage vers Lorient lui ont permis de découvrir le bateau et visiblement, il a apprécié : « Je suis content de me retrouver scotché à la barre, j’adore ça, d’autant que je n’ai pas beaucoup barré pendant le Vendée Globe, c’est cool de retrouver les sensations d’un petit bateau. » Son objectif sur la Plastimo Lorient Mini ? « Surtout prendre du bon temps. Marion a pour idée que je lui apporte quelques trucs, mais elle connaît mieux le bateau que moi ! Elle est sympa, volontaire, bosseuse, c’est cool de l’accompagner, ça va être un beau moment de partage. »

Et donc une grande première pour la native de Lyon qui, il y a cinq ans, n’aurait jamais imaginé se retrouver à la barre d’un Mini aux côtés de son aîné vendéen. « Après mon bac, j’ai fait un DUT en chimie, puis j’ai changé de voie et j’ai passé un BTS d’hôtellerie/restauration. J’ai alors travaillé comme cuisinière pendant quelques années sur Lyon. » Pas vraiment de point commun avec la voile de compétition, en dehors du fait que lors de ses vacances en Vendée, d’où est originaire une partie de sa famille, Marion prend goût aux cours de voile, au point de devenir monitrice pendant les étés.

Le déclic vient en 2016 : « Le Vendée Globe 2016 m’a vraiment passionnée, j’ai alors eu envie de découvrir l’habitable et j’ai déménagé en Vendée, où j’ai découvert le Team Vendée Formation. J’ai commencé par de la préparation technique sur le Figaro puis sur le Mini, et l’année dernière, Estelle et Etienne [Graveleau et Saïz, respectivement directrice et responsable sportif, NDLR] m’ont proposé de lancer mon propre projet Mini. J’ai un peu hésité, parce qu’il fallait que je puisse le combiner avec mon activité professionnelle [elle a passé son BPJEPS qui lui permet d’encadrer dans les clubs et écoles de voile, NDLR], mais je l’ai vue comme une super opportunité. »

Une opportunité de poursuivre sa découverte de la course au large, mais aussi de bâtir son histoire : « Ce n’est pas un projet clés en main, en dehors du fait que le bateau est mis à disposition, donc j’ai un rôle de cheffe d’un projet que je monte de A à Z : ça passe par la gestion d’une petite équipe, de mes entraînements et de ma préparation, la recherche de partenaires, l’animation des réseaux sociaux… C’est très complet. »

L’objectif pour cette première saison est de découvrir le circuit, avec au programme, après la Plastimo Lorient Mini, une première course en solitaire, la Pornichet Select, la Mini en Mai et le Mini Fastnet en double, avec un autre membre du Team Vendée Formation, Amaury Guérin. Et après ? « Pour l’instant, ça me plaît, mais je n’ai pas fait plus de 48 heures en double et 24 en solo, à chaque fois dans des conditions idylliques, on verra ce que ça va donner quand il faudra se faire violence. Je ferai le bilan fin juin pour savoir si j’ai envie de continuer. »

Premier élément de réponse sur cette Plastimo Lorient Mini que cette navigatrice minutieuse a préparée avec soin : « J’ai anticipé en allant faire ma nav en double de 48 heures dans les coins par lesquels nous allons passer, comme les Birvideaux (plateau situé entre Belle-Ile et Groix), ou la Teignouse (phare en baie de Quiberon), comme j’ai une bonne mémoire visuelle, ça me permet de me projeter, de prendre des repères. »

En route vers le large, si vous souhaitez aider Marion à financer son projet, c’est par ICI https://www.cotizup.com/en-route-vers-le-large