Dimitri Deruelle vainqueur à Port Bourgenay

Elcimaï - Ville de Marseille
DR

Une belle animation régnait cet après-midi sur les pontons de la cité balnéaire vendéenne : l’arrivée progressive des Mumm 30 le long de la côte réservait en effet un spectacle sans pareil. Après un début de course morose, les équipages ont ainsi terminé le parcours en beauté, comme le raconte Nicolas Jossier, skipper de Manche – Basse Normandie : « le ciel s’est découvert juste en arrivant, c’est le début de l’été ! Cela compense la longueur de l’étape ». Une étape éprouvante pour l’équipage normand, qui finit la journée en septième position : « c’était assez sympa jusqu’à Belle Ile, mais après ç’a été l’empoignade avec les autres concurrents. La deuxième moitié de la course était très dure puisque nous avons tiré un long bord au travers sous spi jusqu’à l’arrivée. Il fallait être tout le temps au taquet : on a dépassé des bateaux parce qu’ils ont lâché prise ».

- Publicité -

Arrivé au ponton, c’est à Dimitri Deruelle (Elcimaï – Ville de Marseille) que revient l’honneur de sabrer la bouteille de champagne. L’équipage s’est en effet accordé la première place du classement grâce à un bon bord de portant cette nuit. Les Phocéens reviennent ainsi dans le trio de tête au classement général, une satisfaction pour le skipper : « content de remonter sur le podium ! Il est juste un peu anarchique pour le moment… à nous de le remettre dans l’ordre ! ». Il faut dire qu’après avoir pris la tête ce matin, les Marseillais ont pu pousser tranquillement jusqu’à Port Bourgenay en faisant confiance à leur vitesse. En effet, comme l’expliquait Loïc Fuhrer, skipper de Ville de Genève – Carrefour Prévention, à 25 milles de l’arrivée, « il n’y a plus énormément de coups à faire car les bateaux naviguent quasiment en route directe », c’est donc la vitesse pure qui a fait la différence.

De si longs parcours permettent néanmoins aux navigateurs de s’exprimer sur différentes stratégies. Ainsi, si les meneurs se sont contentés d’un seul bord après le passage du goulet de Brest, à l’image d’Ile de France (Nicolas Pauchet) qui a fait un « zéro virement, zéro empannage », d’autres ont préféré suivre les évolutions du vent pour gagner quelques places. Hervé Gautier (Caisse d’Epargne – HEC – Ecole Navale) est ainsi remonté de la 21ème à la 11ème position en profitant de deux légers refus pour empanner, et se retrouver dans le peloton de tête à Belle Ile.

De son côté, l’équipage de Courrier Dunkerque (Daniel Souben) finit en quatrième position après s’être battu tout au long du ralliement entre la première et la cinquième place. Pour Erwan Le Roux, les premières heures ont été déterminantes : « il fallait attaquer dans le goulet de Brest, car on savait qu’après, la flotte allait se suivre tout du long ».
L’équipage étudiant d’EIGSI – Charente Maritime offre pourtant un joli démenti à cet habitué des trimarans ORMA, comme nous le raconte le skipper Frédéric Gauthier : « on a fait une très belle performance cette nuit en évitant le dévent de Belle Ile, ce qui nous a permis de passer de la 20ème place au coucher du soleil à la 6ème au petit matin. On était alors au milieu des pros, on n’a pas réussi à tenir notre position ». Ils terminent tout de même la manche en 13ème position.

Au classement général, Toulon Provence Méditerranée – COYCHyères (Fabien Henry) reste sur le haut du podium avec seulement 1,25 point d’avance sur Ile de France (qui totalise 558,25 points). Chez les amateurs, Val-Thorens (Lucas Millieret) n’est plus qu’à 3,5 points du leader, Saint-Malo Purflo Team SNBSM (François Lebourdais, Pierre Hingant) grâce à sa 8ème place au ralliement. Côté étudiants, Caisse d’Epargne – HEC – Ecole Navale garde une large avance sur Les Saisies – INSA (Sylvain Leboeuf) et Brest Grandes Ecoles ENSIETA ESC (Loïc Le Garrec).

Les 30 concurrents quitteront le ponton à 13h30 demain, pour effectuer plusieurs manches en face de Port Bourgenay.