Class40. Nicolas d’Estais met à l’eau son Class40 signé VPLP

Anne Beaugé

Ce vendredi 8 octobre restera ancré dans les mémoires du skipper Nicolas d’Estais, de son ami et co-équipier Erwan Le Draoulec ainsi que de leurs partenaires. La raison : la mise à l’eau du tout nouveau Class40 Emile Henry x HappyVore à pile un mois de la Transat Jacques Vabre. Cela marque la fin de 10 mois de construction au chantier Multiplast à Vannes conçu et imaginé par le réputé cabinet d’architecture navale, VPLP. Le compte à rebours est lancé, place aux navigations et à la dernière ligne droite avant le départ de cette mythique transatlantique, le 7 novembre prochain.

Voilà maintenant presque une année que les discussions entre Nicolas d’Estais et le cabinet d’architecture navale VPLP ont démarré, l’objectif du marin était de construire le bateau qui l’emmènerait sur les courses les plus prestigieuses au sein de la Class40. « C’est une chance d’avoir pu suivre une construction de A à Z. J’ai appris énormément de choses. Orchestrer et gérer les différentes parties prenantes du chantier a été passionnant. C’est selon moi le plus beau bateau sur lequel on va traverser l’Atlantique, j’ai très hâte ! » se réjouit Nicolas. Il a fallu travailler avec sérieux pour être dans les temps et Nicolas a su s’entourer d’une équipe compétente et passionnée pour arriver à ses fins.

La Transat Jacques Vabre, transatlantique de renom et pleines d’histoires se dispute en double et pour l’occasion, Nicolas a choisi d’embarquer le talentueux bourguignon Erwan Le Draoulec. Les deux régatiers se sont connus sur le circuit Mini 6.50 et se sont très vite liés d’amitié. Après avoir bouclé d’une belle manière leurs Mini Transat respectives, course phare du circuit (Erwan remporte l’édition 2017 sous les couleurs d’Emile Henry et Nicolas termine 9e en 2015 et 2e en 2019), l’un, Nicolas, est parti à la découverte du milieu des Class40 tandis que l’autre, Erwan s’est attaqué au réputé circuit Figaro et vient d’ailleurs de terminer 10ede sa deuxième Solitaire du Figaro. Pour Nicolas, partir avec son ami Erwan a très vite été une évidence. De plus, ce dernier a rapidement montré son intérêt dans la construction du bateau, il a pu apporter son expertise et donner quelques conseils de figaristes. « Erwan est un marin très accompli avec un palmarès de dingue. Il a prouvé qu’il était super en forme cette année en faisant une belle saison en Figaro. Ça va être top d’avoir quelqu’un de compétant pour me prêter main forte sur le bateau. » raconte Nicolas. Un duo sympathique, performant et sérieux.

Le Class40 n°167 Emile Henry x HappyVore sera le dernier de sa catégorie à être mis à l’eau. Les prochaines semaines s’annoncent studieuses car le temps est compté pour arriver fin prêts sur la ligne du départ de la Transat Jacques Vabre au Havre le 7 novembre prochain. « Il nous reste deux semaines et demie pour mettre au point le bateau. Chaque minute est comptée ! Il va falloir l’éprouver au maximum de façon à ne pas avoir de mauvaises surprises pendant la course. » annonce le skipper.

C’est un défi de taille mais que les deux marins sont prêts à relever tant leur motivation est débordante. « Ce défi technologique me branchait bien ainsi que mon partenaire de longue date, Emile Henry qui avait suivi la construction de mon Mini à l’époque. J’ai pris beaucoup de plaisir à aider Nicolas sur la partie performance du bateau et à apporter mon expérience du Figaro entouré de l’équipe Macif qui m’accompagne depuis deux années. » se plait à raconter Erwan. Conscients de l’énorme potentiel du bateau, il va falloir dans un premier temps le fiabiliser, se qualifier et tenter de rallier la Martinique dans les plus brefs délais sans soucis majeurs. Mais connaissant les marins, s’il y a une opportunité de performer parmi ces 45 Class40, dont une quinzaine de bateaux de dernière génération, ils la saisiront !

Emile Henry x HappyVore

Nicolas et Erwan ont également embarqué à leurs côtés deux partenaires titres sans qui l’aventure sportive n’aurait pas lieu : Emile Henry et HappyVore. Emile Henry est une entreprise française, originaire de Bourgogne et spécialisée dans la fabrication de céramiques culinaires conçues à partir de matières premières naturelles. Elle a déjà mis un pied dans la course au large en 2017 puisqu’elle accompagnait Erwan dans ses débuts, tout d’abord lors de sa victoire en Mini6.50 puis en Figaro avant qu’il n’intègre la filière Macif. « C’est important pour moi de garder un lien avec ma terre natale. Je veux continuer cette histoire que j’ai créée à mes débuts du Mini 6.50 qui était de partager avec des entreprises qui sont loin du monde marin des aventures intenses. » raconte Erwan. Le partenaire avait déjà, à l’époque, montré son interêt pour la course au large et s’était reconnu dans les valeurs véhiculées par cette discipline. Sport sain et proche de la nature, goût pour le défi technologique et le dépassement de soi, aventure qui demande un esprit d’ouverture, sont en effet des notions très en phase avec les valeurs d’Emile Henry. C’est donc une relation de confiance et qui perdure entre Erwan et la famille Henry.

« La course à la voile est un sport sain, respectueux de l’environnement, qui incarne le goût du challenge et le dépassement de soi. Cette aventure en binôme demande un esprit d’ouverture pour affronter les difficultés en mer et arriver à bon port tout en assurant sa place. Ces notions et les valeurs d’Emile Henry convergent largement. Nous avions à cœur de co-construire une visibilité/un projet qui nous ressemble. » précise Jean-Baptiste Henry, PDG de l’entreprise familiale.

« Pour continuer dans l’idée de faire des projets « Made In Bourgogne », le deuxième partenaire de mon Figaro avant que j’intègre la filière Macif était RAVE. Spécialiste de la gestion de services transports et logistique. Ils sont également dans l’aventure Class40 et je suis très content de les embarquer. » rajoute Erwan.

Place aux entraînements pour le duo qui va devoir multiplier les navigations afin de fiabiliser le bateau au mieux et valider sa qualification. Tanguy Leglatin, leur entraîneur, sera présent pour les aider au mieux dans cette phase importante. Et rendez-vous au Havre, le 7 novembre pour encourager les skippers et les soutenir au départ de cette mythique course, direction la Martinique !