Un tour du monde en solitaire pour Dave Rearick

Dave Rearick GOR
DR

Dave Rearick explique que dès son enfance sur les rives du lac Michigan, il rêve de faire ce tour du monde en solitaire. « C’est un rêve simple. Un test pour mon bateau et moi-même avec un résultat simple. Réussir ou échouer. Mais à ce concept simpliste, il y a toute une série de paramètres dont il faut tenir compte : l’océan, le temps et le vent, qui restent toujours aussi imprévisibles. C’est une histoire unique qui s’écrit avec comme fond, la planète et ses immenses océans. »

Si Bodacious Dream va suivre le parcours de la GOR, Rearick souhaite faire des escales à Sainte Hélène avant de mettre le cap sur le Cap. Après l’Indien, il compte faire escale de nouveau en Nouvelle-Zélande et aux Malouines avant de remonter l’Atlantique Sud.

En ce moment, le skipper américain se trouve englué dans une zone de vents faibles. Après 20 jours de mer, il précise que les dernières 36 heures ont été particulièrement frustrantes avec très peu de vent et peu de nuages, soit une navigation pénible sous un soleil de plomb. Il est ainsi parti vers le sud-est espérant trouver plus de vent grâce au creusement de la dépression tropicale, Lorenzo.