Transat Jacques Vabre. Morgan Lagravière : ” Il faut être rapide d’un bout à l’autre !”

Pierre Bourras/TR Racing

L’IMOCA LinkedOut a été optimisé pour cette Transat Jacques Vabre avec de nouveaux foils, nouveau spi, nouveau J2 (génois) et système de ballast modifié. Après un programme d’entraînement intensif, le duo Thomas Ruyant & Morgan Lagravière sera redoutable sur l’eau.

- Publicité -

Morgan Lagravière, 34 ans, est originaire de l’île de la Réunion. Il confie à la Classe IMOCA que Thomas et lui sont particulièrement complémentaires à bord. L’un se concentrant plus sur la stratégie tandis que l’autre consacre plus de temps aux performances pures du bateau.
C’est sûr que j’aimerais gagner“, déclare Morgan. Le marin a pris à quatre reprises le départ de la transat en double et a terminé en troisième position en 2017 aux côtés d’Eric Peron sur Des Voiles et Vous ! “Thomas et moi avons exactement le même point de vue, le même état d’esprit et c’est la raison pour laquelle nous sommes si forts ensemble“.
L’ancien skipper de l’IMOCA SAFRAN, qui a aussi dû abandonner deux fois la Transat Jacques Vabre, une fois pour des problèmes structurels et une fois après avoir talonné, sait que beaucoup d’éléments doivent être alignés pour atteindre la victoire. “Il faut beaucoup de clés pour performer sur cette course,” poursuit-il. “Il faut être rapide d’un bout à l’autre. Il faut être complémentaires avec son co-équipier et le plus important, ne pas casser son bateau… Je ne suis pas sûr du plus important au final !”, ajoute-t-il en riant, “nous devons surtout nous concentrer sur ce pour quoi nous nous sommes entrainés
Lors de l’entraînement à Port-la-Forêt avec notamment APIVIA, l’équipe de LinkedOut a pu voir que Charlie Dalin et Paul Meilhat sont très rapides au près dans des conditions de vent moyen, mais leur IMOCA tient de belles vitesses au reaching. Ils espèrent pouvoir être à armes égales avec eux au portant VMG.

Après avoir couru à l’international en 420 et en 49er, Morgan s’est construit un solide palmarès en Figaro. Aujourd’hui passionné de Kite Foil, le marin apporte une nouvelle approche à sa première campagne en IMOCA à foils de dernière génération, à tel point qu’avec ce duo à bord, LinkedOut ne cache pas ses ambitions de podium à l’arrivée à Fort-de-France.

Morgan Lagravière lui-même affirme que lui et Thomas ont toujours été dans le match aux entraînements, mais qu’ils peuvent encore faire mieux. “Nous avons toujours été compétitifs face aux autres bateaux. Notre IMOCA est vraiment performant et notre duo à bord fonctionne très bien. Mais par rapport à APIVIA et aux autres top teams, nous continuons à nous améliorer à chaque séance d’entraînement, nous avons progressé ensemble et amélioré les performances du bateau de façon continue,” complète-t-il.
Lorsque nous lui demandons avec qui il faudra se battre la semaine prochaine pour entrer dans le trio tant convoité, Morgan mentionne sans grande hésitation APIVIA et Charal, mais aussi ARKEA PAPREC, et CORUM L’Epargne (Nicolas Troussel et Sébastien Josse) qui pourrait être un sérieux concurrent avec sa nouvelle paire de foils. “Louis Burton et Davy Beaudart sur Bureau Vallée, ancien L’Occitane en Provence, pourront aussi être à surveiller,” dit-il. “Il y a beaucoup, beaucoup de bateaux qui peuvent réussir sur ce format de course“.

Une fois cette Transat Jacques Vabre terminée, il sera de retour en France, prêt à rejoindre Charles Caudrelier et Franck Cammas à bord du Maxi Edmond de Rothschild comme barreur, pour une nouvelle tentative au Trophée Jules Verne en janvier avec le Gitana Team.

Ed Gorman