Routage complexe

Trophée Jules Verne, 2015 © Yann Riou | Spindrift racing

Marcel Van Triest et Jean-Yves Bernot doivent s’arracher les cheveux devant ce qui se dessine sur leur logiciel de routage. Spindrift est actuellement complètement encalminé et tente de s’extirper d’une zone sans vent. Une route au large de l’Uruguay qui était le prix à payer pour pouvoir dégager de l’anticyclone le 29 et filer dans les alizés de Sud-Est jusque l’équateur.

meteo26Spindrit navigue actuellement à 4,5 nds alors que Banque Populaire fait route directe à plus de 34 nœuds au même moment. On comprend que l’addition, plus de 220 milles de retard, soit donc sévère quelques jours seulement après le Cap Horn.

IDEC aussi n’est pas au bout de ses peines. Après une nuit dantesque à cravacher dans une mer très formée où des icebers ont été signalés, Francis Joyon et son équipage vont devoir traverser deux bulles anticycloniques qui barrent littéralement la route et offre peu d’échappatoire.

Les logiciels de routage commencent déjà à tourner pour des prévisions jusqu’à l’arrivée. Si Spindrift semblerait encore dans les temps, le sort d’IDEC risque d’être scellé dans les prochaines 48 heures sur les prévisions météos actuelles à 11 jours et quelques heures du temps d’arrivée de référence.