Empannages pour les deux trimarans

Trophée Jules Verne, 2015 © Yann Riou | Spindrift racing

L’équipage d’IDEC SPORT a été le premier à empanner cet après-midi heure française mais dans la nuit pour eux, et se retrouve maintenant devant Spindrift qui a empanné quelques heures plus tard.

Les deux trimarans ont maintenant 1000 milles de vent arrière devant eux avec plusieurs successions d’empannages à faire pour conserver une trajectoire qui les mènera jusqu’au Cap Horn. Ils vont retrouver ce que certains d’entre eux sont venus chercher : la houle du Pacifique et ses longs creux… Deux dépressions sont annoncées. La question reste de savoir si celles-ci vont propulser les deux trimarans suffisamment fort vers le Cap Horn pour creuser l’écart avec le record de Banque Populaire qui résiste beaucoup plus fort que prévu.

Le Pacifique s’annonce un petit peu compliqué, il n’y a pas une vraie circulation des dépressions d’Ouest en Est, celle-ci ne se mettra en place que dans quelques jours et raccorder les systèmes ne sera peut-être pas simple.

IDEC SPORT est revenu dans le match. L’écart avec le tenant du titre est faible et il reste 24 jours pour rentrer à la maison. Au passage, un autre marin du bord est en train de battre des petits records personnels, c’est Gwénolé Gahinet. « Sur la Mini Transat et la Transat AG2R, j’ai déjà passé 21 jours consécutifs en mer, mais 22 jours et plus oui, c’est la première fois, je crois. C’est la première fois aussi que je vais traverser le Pacifique. C’est sympa. » Gwénolé Gahinet raconte aussi que l’équipage est en forme malgré les hautes vitesses et l’exigence des manœuvres : prises et renvois de ris, changements de voiles, matossage (répartition des poids), etc. « Changer la voile d’avant pour mettre le Gennaker prend environ une heure en tout et on transpire beaucoup sous nos trois couches de polaires. C’est assez intense».