National Moth. Benoit Marie devant Presti et Rezzoug

@ Moth France

Benoit Marie confirme sa domination en Moth en étant sacré Champion de France à l’issue du national moth France qui s’est déroulé du 10 au 12 mai sur le lac de Cazaux en Aquitaine. 25 concurrents étaient présents sur le plan d’eau, un record de participation qui montre que la discipline se développe bien en France. De quoi espérer pour l’avenir pour combler le gap dans les prochaines années avec les Anglo saxons et les Australiens.

Après 3 jours de courses et 8 manches courues, Benoit Marie n’a rien laissé à ses concurrents qui eux se sont battus pour être sur le podium. Philippe Presti termine 2e devant Anthony Rezzoug. A noter la bonne performance de Jean-Baptiste Ducamin (filière Team France) 6e et du tout jeune Thomas Bléo 21e.

Philippe Presti : ” On a eu des conditions qui étaient assez variables, parfois difficiles avec trop ou pas assez de vent. Mais le plan d’eau est fantastique et c’était un très beau National. On espère pérenniser l’événement et qu’il y ait plus de monde l’année prochaine.
Le plan d’eau est effectivement idéal pour le Moth à foil où il est facile de mettre son bateau à l’eau et de bénéficier de bonnes conditions de vent toute l’année. Membre du Club de Cazaux, Philippe Presti y navigue toute l’année avec d’autres membres, séduits eux aussi par le support et l’esprit d’entraide et de partage qui gouverne la classe Moth.

Pour cette première course en Moth de la saison, cette régate était l’occasion pour Benoit de valider les développements techniques effectués cet hiver : une nouvelle grande voile (toujours en cours de développement), un nouveau mât, des nouvelles lattes de GV, et de nouveaux carénages aéro. Le Moth à foil est une discipline où l’aspect technique compte énormément.

Interview de Benoit Marie

“Vraiment content de remporter le national Moth 2019 à Cazaux devant 23 autres français et 1 anglais. D’une belle manière en plus en faisant le grand chelem : j’ai remporté les 8 courses des 3 jours de régate, avec en général pas mal d’avance en plus. J’étais à l’aise sur mon bateau en manoeuvre, en vitesse, sur les phases de régate sur les lay lines et j’étais en phase en tactique. Un de ces championnats où tout se passe dans la facilité… C’est assez rare pour le souligner ! C’est le fruit de beaucoup de travail sur le bateau et sur moi-même et c’est agréable de voir que les efforts finissent par payer !

Je venais sur ce championnat pour reprendre mes sensations et découvrir ma nouvelle voile, le second prototype que l’on a conçu cet hiver avec l’anglais Kevin Ellway, le designer de mon bateau (Exocet) et le hongrois Marton Balazs, de la voilerie 1D, qui l’a fabriquée. L’objectif était de sortir une nouvelle voile plus efficace et pour cela on est reparti d’une feuille blanche. Etudes numériques en fluide potentiel 2D, 3D, puis CFD lourde pour la partie basse « Decksweeper », essai d’un premier proto intéressant, travail sur les lattes, le mât, le gréement… C’est un peu sans fin et malgré quelques petits problèmes pour passer les cambers de la voile dans les virements (résolus le dernier jour), la voile semble donner entière satisfaction. Je suis vraiment impressionné par la qualité de ce second jet ! La voile va repartir chez son fabricant pour quelques modifications, histoire de s’approcher de la perfection pour la prochaine échéance qui aura lieu dans quelques jours au Portugal pour le championnat d’Europe de la série. Mon nouveau mât, fait en collaboration avec mes amis de la glace tchèques Compotech est lui malheureusement arrivé cassé par le transporteur… Mes nouvelles lattes customs arrivent cette semaine. Bref, pas mal de travail en cours sur le « moteur » du bateau, son gréement, et les différents carénages aéro qui organisent les flux d’air autour de la coque et le pont du bateau qui est hyper intéressant et me fait progresser techniquement. J’ai passé beaucoup de temps avec l’équipe cet hiver à préparer cela devant mon bateau et mon ordinateur et maintenant il est temps de faire aller cela vite sur l’eau. La phase sympa de l’année commence !

Ce championnat était un mix entre du vent très léger à médium le premier et dernier jour, puis une journée de gros bras avec du vent très fort et surtout très instable le samedi où on s’approchait très près des 30 noeuds au portant ! C’était du pilotage intense, comme j’aime ! Et vraiment content de voir que mon bateau va vite dans toutes les conditions de vent et que je suis à l’aise dans son utilisation. J’ai hâte de me mesurer à l’élite européenne de la discipline dans quelques jours !

Une anecdote sympa : la dernière manche, courue dans un vent très instable et faible avec des gros trous de vent et des risées qui descendaient sur le plan d’eau. Comme on va à 2 fois la vitesse du vent, on double les risées et on en sort… Jusqu’à tomber des foils, se faire rattraper par la risée de derrière et redécoller avec elle. Sur la dernière manche je tombe des foils à 100m de la bouée sous le vent, en tête, puis Aymeric Arthaud me rattrape, s’arrête à 2m à côté de moi… Je vois une risée qui descend, avec 5 autres bateaux en bordure de risée, et on repart tous ensemble ! Ça veut dire que la course n’est jamais gagnée, ni perdue tant que la ligne d’arrivée n’est pas passée, et même si l’écart est de plusieurs centaines de mètres ! Sur le près suivant, à la bouée au vent il se passe presque la même chose et les deux premiers, alors 100m devant tombent des foils entre les deux bouées au vent, du coup j’enroule la bouée de gauche en faisant un 180° sur les foils dans le peu de pression qu’il reste, en reprenant le lead… Que je garderais in extremis jusqu’à la ligne d’arrivée à la fin du bord ! Tellement content de faire le grand chelem, devant des très bons marins en plus, ça fait plaisir et c’est de bon augure pour la suite…”