Safran contraint de naviguer sous voilure réduite

    Depuis hier, une avarie de rail de grand voile oblige Marc Guillemot à naviguer sous voilure réduite. Le skipper de Safran a entamé la première phase d´une réparation en deux temps. « C´est dommage parce que j´étais en train de revenir sur Brit Air et PRB, mais l´important est de rester en course!” Marc Guillemot ne fait pas mystère que l´avarie survenue hier dans son mât est handicapante puisqu´il ne peut plus envoyer la grand voile qu´un peu en-dessous du 2e ris pour le moment. Ce qui explique que Safran a perdu quelques milles par rapport aux pointages d´hier, même s´il maintient sa place de 8e. Il explique : « hier, deux heures après avoir passé la porte Ouest Australie, j´ai vu que la têtière de grand voile était sortie du rail. J´ai dû affaler en urgence avant que tous les chariots de lattes n´explosent un à un. Ce n´était pas évident dans 30 nœuds de vent, au portant ! » Le skipper de Safran devra opérer une réparation en deux temps : d´abord un système provisoire qui permettra à Marc de renvoyer de la toile jusqu´au 2e ris. Dans un deuxième temps, Marc montera dans le mât pour faire une réparation complète qui lui permettra de renvoyer toute la toile.  Selon les conditions météo, cette intervention pourrait se faire soit en navigation, soit à l´abri d´une île (par exemple au sud de la Nouvelle-Zélande, ce qui ne rallongerait pas la route)… voire au cap Horn. « Je prendrai la décision au dernier moment. En tous cas, d´une part je ne m´arrêterai pas si on est dans un grand système dépressionnaire qui permet d´avancer vite et d´autre part, je ne prendrai aucun risque pour le bateau dans un endroit qui serait trop exposé ».