Safran a passé le cap Horn à 8h31

    0
    47

    Avec Marc Guillemot, il y a désormais 5 bateaux en Atlantique sur les 12 restant en course dans le Vendée Globe. Safran était attendu au cap Horn ce matin aux environs de 8h30. Et il était au rendez-vous. Voici les quelques mots envoyés par Marc Guillemot lors de son passage : « Le jour se lève, j´aperçois entre les nuages la lune dans mon NW, le vent s´essouffle et la mer se range mais reste toujours une bonne houle d´Ouest qui nous pousse avec souplesse. Passage dans le Sud du caillou (Cap Horn) à 7H31 TU à 8´85 par 56°08,885 S et 67°12,729 W ».Un passage dans la légende du « Cap Dur » puisque le vent de secteur Ouest souffle à plus de 30 nœuds moyen, avec de fortes rafales. Malgré ces conditions sportives, Safran est une nouvelle fois le plus rapide, avec 386 milles parcourus lors des dernières 24 heures. Ce 64e jour de course signe la fin de la traversée de l´océan Pacifique pour Marc Guillemot qui engrange les derniers milles à 18,5 nœuds de moyenne, dans une mer rendue encore plus grosse en raison de la remontée des fonds. Pour son troisième passage du « caillou » – mais le premier en solitaire – Marc s´offre une navigation typique de l´endroit, alors que la nuit règne sur la pointe du continent sud-américain. Sur son GPS, un way-point : 55° 59´ S et 67° 17´ W. Les coordonnées du cap Horn vont s´effacer de l´écran presque une semaine après le passage du premier, Michel Desjoyeaux (Foncia). Hier matin, dimanche, à 10h20, Sam Davies passait le cap Horn en 4ème position. Le retard de Marc sur Samantha Davies (Roxy) sera donc de l’ordre de 22 heures (Rappel : Marc Guillemot bénéficie d’un bonus de 82 heures pour le sauvetage de Yann Elies, soit 50 heures de plus que Sam Davies, il est donc virtuellement 4e, devant Roxy, ndr). En raison des conditions météo, le pit stop pour effectuer l´indispensable réparation du rail de mât est toujours programmé dans l´archipel des Malouines.

    (source Safran)