Alain Pichavant nous répond sur le Salon Nautic

DR

Nous avons publié le 14 décembre dernier un article : »Le Nautic de plus en plus petit » à la fin du salon nautique de Paris. C’était notre ressenti du salon sur la partie voile. Cet article a suscité beaucoup de réactions et de commentaires. Alain Pichavant, commissaire Général du Salon nous répond.

S’il est certain que l’édition 2015 du Nautic a été impactée, dans une certaine mesure,  par les conséquences des attentats qui ont touché Paris en novembre dernier, votre article du lundi 14 janvier fait preuve d’un manque d’objectivité patent et recèle nombre d’approximations et de contre-vérités auxquelles, en tant que commissaire du salon Nautic et au nom de Reed Expositions France, je souhaite apporter les correctifs nécessaires.

– Non, l’édition 2015 n’est pas « marquée plus que les autres par le faible nombre d’exposants ». Cette année, le salon n’a accueilli que 6 exposants de moins qu’en 2014. Sans les attentats, et la soudaine hésitation des derniers exposants prêts à confirmer, nous aurions fini en hausse, avec une vingtaine d’exposants supplémentaires.

– Non, aucun des stands, grands ou pas, n’est « donné à certains pour faire bonne figure ». Cette affirmation gratuite (elle !) témoigne d’une méconnaissance de nos règles de fonctionnement et de l’histoire du salon. Chaque stand répond à une demande de surface de la part de l’exposant, en fonction de ses besoins et de ses moyens. Sur le salon, aucune surface n’est offerte, même pour agrandir un stand.

– Non, « le salon de la Piscine » ne cache pas « l’espace libre derrière les cloisons ». Vous ne pouvez pas ne pas avoir noté le changement profond dans l’organisation des différents secteurs du Nautic cette année. La partie du pavillon 1 (Voile et Tourisme), laissée libre  depuis 2009, et l’équivalent de l’espace libéré cette année par les semi-rigides déplacés dans le pavillon 4 (bateau à moteur) a été occupée par le salon Piscine & Bien-Etre. Votre article élude complètement cette réorganisation des secteurs, qui a permis de densifier le hall 4 et d’apporter ainsi une meilleure ‘’lecture’’ du salon à ses visiteurs. Je rappelle à vos lecteurs que les immatriculations de bateaux à moteur ont représenté en France plus de 80% du total des immatriculations pour l’exercice 2014/2015. Il n’est donc pas anormal que nous ne tenions pas uniquement compte de la partie voile dans nos réflexions ! Au total, la surface du salon était du même ordre de grandeur qu’en 2014.

– Non, vous n’avez pas reçu «  de bilan lénifiant » indiquant que les « entrées ont encore augmenté ». Ce procès d’intention est particulièrement mal venu, et déplacé, puisque le communiqué bilan diffusé le dimanche 13 décembre à 17h45 précises (que vous aurez dû lire avant de rédiger votre article, paru après) une fréquentation de plus de 200 000 visiteurs, soit une baisse d’environ 10% par rapport à 2014. Nous avons toujours été soucieux de communiquer ouvertement et honnêtement, cette année comme les précédentes.

– Non, les « salons de province » n’attirent pas « plus de monde en y trouvant plus d’exposants ». Je vous encourage vivement à consulter le site de l’OJS (Office de Justification des Statistiques – équivalent de l’OJD pour les salons), qui vous éclairera sur la fréquentation réelle des différents salons, au-delà de leur communication propre, et qui vous prouvera qu’aucune autre manifestation nautique ne réunit plus de passionnés et de professionnels que le Nautic de Paris.

– Non, le salon n’envisage absolument pas de se tenir tous les deux ans. Ces soi-disant « rumeurs », colportées depuis longtemps déjà et dont vous vous faites l’écho, n’ont aucun fondement.

– Quant à la question de la vente à la sauvette, je ne suis pas sûr de bien comprendre votre propos. Je vous rappelle néanmoins que vous avez bien fait de « vous faire violence » pour ne pas cautionner ce qui est un délit répréhensible selon l’article 51 de la loi 2011-267 du 14 mars 2011 qui stipule que: « Les personnes physiques coupables de ce délit encourent une peine de six mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende. […]». Si la présence de ces revendeurs illégaux est une réelle nuisance, j’en conviens, hélas seuls les pouvoirs publics peuvent la résoudre, puisque ceux-là agissent sur la voie publique, et je puis vous assurer que nous tentons constamment de les faire intervenir pour remédier à cette situation. Ceci dit, nous sommes vigilants à laisser l’intérieur du parc des expositions vierge de tout revendeur, et les mesures de sécurité renforcées cette année y ont également contribué. J’en profite d’ailleurs pour renouveler mes remerciements aux exposants comme aux visiteurs pour leur comportement exemplaire lors des contrôles liés au plan Vigipirate.

Enfin, je refuse de rentrer dans une polémique stérile au sujet des « autres salons organisés par Reed » et du « modèle Reed », tant vos propos s’apparentent, une fois encore, à un procès d’intention dont je perçois mal la finalité. Pourquoi passez-vous sous silence la formidable croissance Yachting Festival de Cannes, par exemple ?

Très bonnes fêtes de fin d’année à nos visiteurs et exposants, et au-delà à tous les amoureux de la mer.

Cordialement.
Alain Pichavant
Commissaire Général

1 COMMENTAIRE

  1. Merci a course au large de dire les choses !!
    Effectivement Mr Pichavant ne peut dénoncer son gagne-pain qui est malgré tout un bel événement !!
    C est pas la baisse du nombre d’exposants qui pose problème mais la diminution des surfaces prisent par les exposants!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.