Trophée Jules Verne. Un pot au noir dans le rouge -36 mn

Trophée Jules Verne
Trophée Jules Verne Yann Riou / PolaRYSE / Gitana S.A.

Le pot au noir n’a pas épargné les hommes du Maxi Edmond de Rothschild avec une entrée brutale qui se solde à mi chemin par un retard de 36 mn alors que l’avance était de plus de 140 milles.

En fin de nuit dernière, l’entrée dans le pot-au-noir a été brutale pour les six marins du Maxi Edmond de Rothschild. Morgan Lagravière, qui était de quart lors de cette transition express entre les alizés et la zone de convergence, décrivait la scène : « C’était juste au lever du jour, la pénombre était en train de s’estomper petit à petit. On a commencé à voir les premiers grains apparaître au radar, on ne s’est qu’à moitié méfié et puis dès qu’on est arrivé sous l’influence du grain, le vent est monté, il a refusé fort et assez vite il a fallu se précipiter aux écoutes pour éviter que le bateau ne gîte trop ! Rapidement ça a été le branle-bas de combat, on a dû rouler la voile d’avant, le grand foc, pour pouvoir passer à une voile plus adaptée pour naviguer au près. Tout est allé vraiment vite, on n’a pas eu le temps de se poser de questions, et quelques minutes après on a tous pris une bonne douche en profitant de la fin du grain ! »

Morgan Lagravière

Une sortie dans la soirée ou la nuit prochaine
Depuis ce grain, le vent est aux abonnés absents sur le plan d’eau. Et c’est le cas à des milles à la ronde. Par conséquent, l’équipe du maxi-trimaran volant bleu n’a pas d’autre choix que de prendre son mal en patience et de s’appliquer à exploiter la moindre risée qui souffle dans les voiles pour s’extraire des griffes du pot-au-noir.

« Nous avons un temps très calme, ciel dégagé, des petits cumulus, ça ressemble à l’été, pas de couleurs de pot-au-noir, c’est-à-dire pas de grains noirs pour l’instant, la seule différence c’est qu’il n’y a pas de vent par rapport à d’habitude. On a encore 60/70 milles à faire dans du petit temps avant de retrouver du vent dans l’hémisphère sud, donc c’est toujours très long, on aimerait chopper le vent qui est devant nous, car plus on gagne des milles maintenant, plus ils vont se multiplier après, ça va faire un effet accordéon. Là on est au milieu et c’est plutôt du temps très très calme, on va sortir toute la toile possible pour s’en extraire » , confiait Franck Cammas cet après-midi.

Cette journée du 14 janvier ne restera pas dans les annales de cette tentative, mais à bord, les six hommes d’équipage savent relativiser et surtout se projeter sur la suite du programme dans l’Atlantique Sud, qui s’annonce toujours très intéressante. Ils mangent aujourd’hui leur pain noir mais si l’on se penche plus en détails sur la trace d’Idec Sport, l’actuel détenteur, c’est demain que leur adversaire virtuel connaîtra un coup d’arrêt.