Présenté en détail dans le dernier Course Au Large actuellement en kiosque, le mini 6.5 Arkema 3  a été mis à l’eau dans le Médoc, au Verdon sur Mer. Révolutionnaire par sa méthode de construction de la coque et du pont un matériau en composite thermoplastique recyclable à base de résine en Elium®, ce bateau de 6 mètres 50 est également un véritable bijou technologique ! Imaginé par Lalou Roucayrol, dessiné par Romaric Neyhousser et conçu grâce aux compétences et au savoir-faire du chantier Lalou Multi, ce monocoque sera confié au jeune skipper Quentin Vlamynck. Le Team Arkema Lalou Multi entre désormais dans une phase d’optimisation et de mise au point de cette nouvelle machine, avec la Mini Transat 2017 en ligne de mire ! Il ne participera pas finalement à la mini-fastnet.

Visuellement, il a de quoi surprendre ! Que ce soit pour les novices avec son œil et ses bulles, ou pour les amateurs éclairés avec son gréement révolutionnaire et ses foils en moustache… le Mini 6.50 Arkema 3 ne passe pas inaperçu ! Ce prototype sera doté de plusieurs appendices innovants, à commencer par son gréement, jamais encore utilisé en course au large en solitaire. Le bateau est équipé d’une voile en tissu épais à deux éléments, des ailes qui s’inspirent de celles des classe C mais non rigides. Afin de faire face aux problématiques rencontrées au large, il a ainsi fallu concevoir un système capable de prendre des ris (c’est-à-dire réduire la surface), voire d’affaler complètement la grand-voile.

En plus de son étrave ronde, également appelée Scow, permettant un gain en puissance significatif, Arkema 3 est également doté d’un bout-dehors télescopique et de foils rétractables et basculants, appendices extérieurs donnant plus de stabilité et de vitesse au bateau. « Cette mise à l’eau a été vécue comme un aboutissement » confie Quentin. « Nous avons passé beaucoup de temps au chantier et il me tardait de le voir flotter, avec son mât et ses foils mis en place. Les premières navigations sont très concluantes, avec un bateau qui a de réelles capacités. Mais le cumul de ces différentes innovations, tels les foils ou le mât, demande une phase importante de prise en main. Nous allons collecter des données au fur et à mesure des navigations pour en comprendre le fonctionnement et affiner les nombreux réglages qui seront nécessaires pour le faire avancer ! Cette nouvelle étape s’annonce passionnante ! »

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here