Le navigateur aventurier franco-suisse Yvan Bourgnon nous a dévoilé hier en avant première la maquette au 1/80e du « Manta », le futur quadrimaran géant collecteur de déchets plastiques dans les océans imaginé par l’association The Sea Cleaners qu’il préside. Une nouvelle étape pour ce projet débuté en septembre 2016. Ce navire révolutionnaire combinera les énergies renouvelables pour atteindre une autonomie totale, et accueillera en son sein une véritable usine de tri, compression et stockage des déchets plastiques récoltés (plus de 250 tonnes de déchets pourront être stockées dans ses coques avant d’être rapatriées sur terre).

Après un an et demi d’études de faisabilité et de recherche de financements, plus de 3000 heures d’études ont pu être menées par 6 bureaux d’études, dont les spécialistes ont fait évoluer le projet pour le mettre en phase avec la réalité du terrain. 70 mètres de long
49 mètres de large, 61 mètres de haut, les dimensions du Manta impressionnent. Mais c’est surtout sa capacité à devenir une des solutions efficaces pour lutter contre la pollution plastique concrètement qui rend le projet d’Yvan Bourgnon passionnant. Le navigateur connaît toutes les phases d’un projet pour aboutir de la conception à la mise à l’eau d’un bateau.
 » Le bateau n’est pas encore totalement financé, seulement à 25% mais cela va permettre de fabriquer un mini collecteur de 7m de haut en fin d’année. Ce sera un catamaran avec un tapis roulant au milieu qui servira de mise au point à celui du Manta. En présentant cette maquette, on veut tenir informé nos 7000 contributeurs qui nous ont suivi sur la phase de crowfunding et les nombreux mécènes qui nous accompagnent. On avance, il y a eu énormément de travail de fait. Au début on a lancé l’idée. Elle est maintenant validée avec cette maquette. L’enjeu pour nous était de mesurer combien on pouvait collecter mais aussi de le faire avec une empreinte carbone à zéro. Il n’y avait pas de référence dans ce domaine. C’était un vrai casse-tête. On a maintenant une bonne idée du bateau en dissociant la propulsion quand on convoie et celle quand on collecte. Avec les tapis roulant dans l’eau, à 3nds on sait qu’on consomme 20 fois moins d’énergie que si on était à 10 nds. Les éoliennes marchent très bien en produisant 400KW. Notre capacité de collecte, c’est 600M3 en stockage mais notre objectif c’est 1600 M3 de ramassage par campagne. On va installer des pyrolyses à bord, des incinérateurs qui transforment le plastique en gazoil dont on va se resservir. Entre la pyrolyse, les voiles, l’électrique, il n’y aura pas de moment où on sera en butée. On est aujourd’hui 40 personnes sur le projet. Sur le bateau on aura 12 membres d’équipage et 2 équipes de 6 pour trier les déchets. On fera des campagnes entre 15j et 1 mois. Le bateau sera à la sortie des grands fleuves d’où provient essentiellement la pollution. Notre budget c’est 1M€ de fonctionnement par an et 25M€ la construction du bateau. Le bateau sera 20% du temps à terre, le reste en exploitation, soit 12000M3 collectés par an. »

Pour suivre le projet d’Yvan : theseacleaners.org