Yann Guichard : “tout s’arrête en quelques instants”

SPINDRIFT 2 DISMASTS ON WAY TO START OF ROUND THE WORLD RECORD

« C’est allé très vite ! En quelques secondes, le mât était tombé… Nous sommes tous très tristes : cela faisait déjà deux mois que nous patientions pour cette nouvelle tentative sur le Trophée Jules Verne. C’était la fenêtre de la dernière chance… C’est forcément une très grosse déception pour toute l’équipe, autant en mer qu’à terre car nous étions prêts. Il y a eu un gros travail d’optimisation sur le bateau et tout s’arrête en quelques instants. »
« Nous faisions route vers la ligne de départ : les conditions étaient musclées, avec trente nœuds de vent et trois bons mètres de creux. Et quelques minutes avant que nous engagions notre virement vers la pointe Saint-Mathieu, le mât s’est rompu pour une raison inconnue. Il n’y a pas eu de blessés à bord et c’est le plus important. Malheureusement, nous avons du larguer le mât à la mer pour ne pas prendre de risques pour l’équipage car nous n’étions qu’à un mille et demi des roches du Toulinguet. Des opérations sont en cours pour pouvoir récupérer le gréement au plus vite car les conditions météorologiques vont se dégrader dès mardi matin. Maintenant, on va essayer de se poser pour comprendre ce qui s’est passé et puis aller de l’avant. » déclarait Yann Guichard

Alors que le trimaran géant faisait route vers le phare de Créac’h (île d’Ouessant) en vue d’une deuxième tentative sur le Trophée Jules Verne, Spindrift 2 a démâté au Sud de la pointe Saint-Mathieu dans une forte brise de secteur Ouest et une mer formée, vers 16h15 ce lundi.

Spindrift 2 était prêt pour cette nouvelle tentative autour du monde avec une configuration météorologique relativement favorable après un long stand-by de deux mois, à La Trinité/mer, puis à Brest. Et cette fois, la brise était au rendez-vous au point de retarder le départ du ponton déclenché vers 14h30. A l’ouverture de l’Iroise, la mer était déjà bien formée et le vent soufflait à plus de 30 nœuds avec de mauvaises rafales. Alors qu’il louvoyait vers Ouessant, Spindrift 2 a démâté. Aucun équipier n’a été touché dans cette avarie.