Yann Eliès : « J’ai été puni comme un gamin »

Yann Elies, skipper deSt Michel lors de la 1ere étape de la Solitaire Urgo Le Figaro 2019 - en mer le 04/06/2019

Classé 22ème au terme de ces 550 milles, la déception est grande pour le skipper de StMichel qui voit ses chances fortement compromises pour un 4è titre. Mais la route est encore longue jusqu’à Dieppe et le Briochin loin d’avoir dit son dernier mot vise dorénavant une victoire d’étape !

3 heures, 54 minutes et 52 secondes. C’est le temps qui sépare Yann du grand vainqueur de cette première étape, Yoann Richomme, « J’ai été puni comme un gamin qui fait tomber un verre d’eau et qui se prend une râclée alors que bon ce n’est qu’un verre. J’aurais accepté une punition d’une heure mais pas quatre… »
La sanction est lourde et ses conséquences sur la suite de la compétition et l’objectif premier d’une quatrième victoire encore plus. Pour autant Yann a prouvé tout au long de ces 550 milles vers l’Irlande qu’il était bien dans le match s’adjugeant même pendant quelques heures la tête de la course à l’approche du DST de Ouessant. « Je me suis éclaté sur l’eau. Je me sens à l’aise, je vais vite, j’étais dans le bon paquet, je tire les bons bords. J’ai passé 4 jours à me faire plaisir ! » De bonnes sensations, un plaisir indéniable et une maîtrise confortée du Figaro Bénéteau 3. Autant d’éléments positifs que Yann doit garder en tête à la veille de s’élancer sur la deuxième étape.

« L’étape s’annonce longue et compliquée »
630, c’est le nombre de milles que les concurrents vont avoir à parcourir pour rejoindre Roscoff à l’occasion de la deuxième étape, la plus longue de cette Solitaire URGO Le Figaro. Arrivés depuis jeudi seulement, les concurrents sont engagés dans un rythme soutenu, ne laissant que peu de temps aux organismes pour recharger les batteries, « L’enchaînement est très rapide. On essaye de préparer ça au plus vite, tout en trouvant du temps pour se reposer aussi. » C’est en effet dès demain à 18h00 (heure française) que la flotte des Figaro Bénéteau 3 s’élancera pour ce long parcours en direction de la Bretagne Nord. « L’étape s’annonce compliquée, longue. On va partir d’ici au portant avec des vents assez légers puis nous aurons une transition pour faire du près du côté du canal Saint-Georges et monter jusqu’à l’île de Man avec du vent attendu jusqu’à 15/20 nœuds. » Yann qui n’a jamais exploré les eaux Irlandaises au-delà de Dublin est curieux de découvrir ces recoins, qui nécessiteront cependant une attention de chaque instant, « Ce sont de beaux endroits, j’espère que nous y passerons de jour, mais Il va falloir être vigilants également car il y a de nombreuses zones interdites, de bancs de sable. La mer n’est pas toujours évidente non plus avec souvent pas mal de courants. »
Une fois l’île de Man contournée, la flotte redescendra au portant avec un scénario météo qui pourrait s’avérer venté et une traversée de la Manche compliquée avec des vents variables. « La deuxième partie de course va être technique. Il va falloir trouver le bon rythme sans casser, sans perdre de voile ni se faire mal. »
Une deuxième étape, technique, stratégique donc, où le vent peu présent sur la première étape pourrait bousculer la flotte. Les premiers bateaux sont attendus dans la baie de Morlaix, jeudi dans l’après-midi.

*Gildas Morvan et Cassandre Blandin ne prendront pas le départ pour des soucis techniques.