Virtual Regatta. Les bateaux virtuels sont aussi de sortie et en approche du Pot-au-noir !

Avec trois grandes courses au large, Transat Jacques Vabre, Brest Atlantiques et un record, celui de Joyon, il y a du monde sur l’eau et davantage encore en courses virtuelles.
165 000 sur la Jacques Vabre, 45 000 sur la Mini-Transat et 27 000 sur la Mauricienne. On ne sait pas s’ils naviguent tous, ni si certains participent à toutes ces courses mais cela fait du monde et c’est tant mieux pour la voile, le public pour un jeu qui a été officialisé par le World Sailing et dont le champion du monde (italien) a été couronné récemment.

Nous avons décidé de participer à la Transat Jacques Vabre et de courir en Imoca avec le bateau « Mag Course au Large ». Après 10 jours de course, notre bateau se positionne à la 2848e place sur les 68 479 skippers qui ont choisi cette classe. Comme on peut voir la position des vrais bateaux, on se situe juste derrière Arnaud Boissière et son Imoca la Mie Câline et devant Maxime Sorel et son Imoca à tête de dragon.

Ce qui est intéressant dans ces courses virtuelles alors que nous rédigeons chaque jour des articles sur la course c’est qu’on a comme les skippers une bonne vision des ensembles météos, des prévisions et des choix de routes possibles (sans utiliser de notre côté un logiciel de routage).

On se rend compte qu’à l’approche du Pot-au-Noir, les options qui ont prévalu au départ entre une route ouest, centrale ou sud convergent finalement toutes vers le même point de passage avec un léger avantage au final pour la route sud, même s’il a fallu refaire de l’ouest.
Sur la copie d’écran de Virtual Regatta, on voit les différentes trajectoires possibles et la position du 1er Parici1-GVD complètement à l’ouest qui a fait le grand détour mais qui devra passer la pointe du Brésil, à l’est Raf12F qui anime la course depuis le départ et qui bute dans le Pot-au-noir tout en conservant une vitesse à 9,2 nds.

On notera enfin que si en début de course plusieurs bateaux virtuels étaient devant les réels, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Au mieux, il serait devant Bureau Vallée comme c’est le cas d’Energy Concept pro. De là à penser que le jeu favorise les réels, il n’y a qu’un pas puisqu’il nous est arrivé d’être bord à bord avec un réel et d’avoir un différentiel de vitesse de 1 à 3 nds.
A noter qu’il était possible de choisir en option des foils ou non sur son bateau, une alerte radio, un jeu de voile complet, des winchs pro, et même un polish pro sans compter l’indispensable avec le mode expert permettant de mettre des waypoint pour faire sa route tout en consultant les polaires du bateau de manière dynamiques et très didactiques.
Enfin, la visualisation 3D permet de s’immerger sur son bateau et de voir l’état de la mer. Bizarrement, en mode 3D, le classement est toujours meilleur.

Virtual Regatta s’est vraiment amélioré depuis l’époque des petites cases. Cette Transat Jacques Vabre pour beaucoup est aussi une belle répétition avant le prochain Vendée Globe. D’après nos routage notre ETA est dans 5 jours et 5 heures, soit une arrivée en pleine nuit. L’avantage du virtuel est aussi de pouvoir dormir tout en franchissant la ligne d’arrivée.