Victoire magistrale de Yoann Richomme

C’est une victoire magistrale en Class40 que signe Yoann Richomme, skipper de Veedol-AIC. S’il faisait parti des favoris au départ comme une dizaine d’autres concurrents, il avait un bateau tout neuf mais mis à l’eau tardivement. Il aura mené de bout en bout cette course.

Du grand art ! Considéré comme l’un des favoris de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, Yoann Richomme aura parfaitement assumé ce statut, lui qui confiait avant de s’élancer de Saint-Malo le 4 novembre : « Je ne peux le cacher : j’ai monté ce projet pour gagner ». Entre le dire et le faire, il y quand même une sacrée marge, en l’occurrence 3 542 milles d’une transat qui, en cette édition du quarantenaire, aura été particulièrement sélective, proposant du gros temps et de l’alizé musclé.

Des conditions taillées pour les gros bras et notamment pour Yoann Richomme qui, après avoir passé le cap Fréhel en 8e position, laissant à Antoine Carpentier les honneurs de quitter la baie de Saint-Malo en tête, a pris les commandes de la flotte après un peu plus de 24 heures grâce à une option Ouest qui lui a permis d’être le premier à toucher une rotation de Nord-Ouest avant d’attaquer un premier front qui sera fatal à certains de ses concurrents (Louis Duc et Nicolas Troussel). « Il y avait 35 nœuds établis, rafales à 45, j’étais en mode dégressif, deux ris-trinquette, ça tapait beaucoup avec une mer croisée dans tous les sens, c’était un vrai champ de mines, on avait toujours l’impression de casser le bateau », racontera-t-il à la sortie de ce premier front. Et s’il n’est pas épargné par des bleus un peu partout et des pépins techniques comme les autres, il en ressort solidement en tête, son choix de départ lui permettant, au moment d’attaquer un long bord tribord cap au Sud de croiser devant Phil Sharp, Aymeric Chappellier et Luke Berry.

Dès lors, dans des conditions de reaching idéales pour exploiter la puissance de son plan Lombard, le skipper de Veedol-AIC ne va cesser de creuser l’écart sur ses rivaux, attaquant l’autoroute des alizés avec un matelas de 100 milles d’avance sur le duo Sharp-Chappellier qui, jamais, n’aura entrevu un mince espoir de revenir sur les talons du leader. Passé à la Tête à l’Anglais mardi à 1h45 (heure locale), Yoann Richomme aura bouclé le tour de la Guadeloupe en un peu plus de 10 heures, coupant la ligne d’arrivée à 17 heures 22 minutes heure française, après 16 jours 03 heures 22 minutes et 44 secondes de mer, à la vitesse moyenne théorique sur l’orthodromie de 9,14 nœuds (11,12 nœuds de vitesse réelle, 4 309 milles parcourus). Il s’octroie chemin faisant, le nouveau temps référence de l’épreuve, détrônant le tenant du titre, l’espagnol  Alex Pella de plus de  14 heures.

Une victoire aussi magistrale qu’incontestable, deux ans après celle remportée sur la Solitaire du Figaro 2016, pour ce marin, passé par la filière Skipper Macif en Figaro – comme Paul Meilhat vainqueur de cette Route du Rhum-Destination Guadeloupe en IMOCA et François Gabart, deuxième en ULTIME – qui compte également à son palmarès une deuxième place avec Damien Seguin en Class40 sur la Transat Jacques-Vabre 2011 et avec Fabien Delahaye sur la Transat AG2R La Mondiale 2014. Ce succès récompense le talent mais aussi l’audace, puisque, avant même de trouver des partenaires, Yoann Richomme avait lancé en fin d’année dernière la construction de son Lift chez Gepeto Composite, une évolution de celui de Louis Duc, que cet ingénieur naval de formation féru de technique, passé par la Southampton Solent University, aura su personnaliser.

Avec à la clé, déjà, une victoire sur la Drheam Cup-Destination Cotentin seulement un mois après la mise à l’eau, suivie… d’un démâtage qui n’aura finalement pas entravé la dynamique positive de son projet commando. « C’était intense, dur, s’il y a la récompense ultime à l’arrivée, ce sera absolument génial et un succès pour tous ceux qui m’ont entouré toute cette année dans le montage de ce projet. Ça implique quand même beaucoup de personnes qui se sont battues pour moi, j’ai envie de leur offrir ça, donc je suis impatient que tout se passe bien et que ce soit le dénouement attendu », expliquait à 48 heures de l’arrivée un Yoann Richomme qui, à 35 ans, est le plus jeune vainqueur, toutes classes confondues, de cette Route du Rhum-Destination Guadeloupe. La suite ? L’intéressé, qui a déjà tâté de l’IMOCA (Transat Jacques-Vabre 2017 avec Pierre Lacaze), rêve de Vendée Globe, nul doute que sa performance majuscule entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre aura tapé dans l’œil de partenaires potentiels…

——-

Temps de course : 16 jours 3 heures 22 minutes 44 secondes

Vitesse sur la route directe (orthodromie) : 9,14 noeuds
Distance et moyenne réélle : 4 309 milles à 11,12 noeuds

Yoann RICHOMME (Fra) – 35 ans – Vit à Larmor-Plage (Morbihan)

Palmarès :

2016 : Vainqueur de la Solitaire du Figaro
2016 et 2013 : Vice-champion de France Elite de Course au Large en Solitaire
2014 : 2e de la Transat AG2R La Mondiale avec Fabien Delahaye
2011 : 2e de la Transat Jacques Vabre avec Damien Seguin en Class40