Vendée Globe. Sébastien Destremau, c’est le paradis Merci entouré de Baleines

Sébastien Destremau s’extirpe doucement de la zone sans vent dans laquelle il a du s’extirper difficilement cette nuit. Il a repris une vitesse à peu près normale. Il revient sur ses débuts sur ce Vendée Globe.

Ca va super. Petit vent sympa. Le paradis. On a retrouvé une dizaine de vent dans la bonne direction. On marche à 8-9 nds après une nuit où le vent a été très faible. Sur Merci, cela a été compliqué. On a eu des déboires mais sans gravité. C’est ce qui fait le Vendée Globe. Il faut se débrouiller tout seul. C’est à chaque fois une victoire . Au début c’était un peu la panique. On les a régler les uns après les autres. J’ai encore des soucis d’étanchéité à l’arrière. J’ai un souci sur l’étai de J2. J’ai un problème de frottement que je vais devoir bricoler. Je vais utiliser une planche à pain. Je vais devoir monter pour aller changer mon lazy jack babord. J’attends que mon dos aille mieux. Un osteo m’a envoyé des exercices à faire mais cela va beaucoup mieux maintenant.