Vendée Globe. Regroupement général à Rio, un scénario carnavalesque !

Charlie Dalin s’entraine à bord d’ Apivia, le 29 Aout 2020, au large de Groix.

Ce Vendée Globe nous invite encore à un nouveau rebondissement avec un regroupement général à Rio où 10 bateaux au moins se sont invités à une fête improvisée.

On l’espérait et c’est arrivé. Tous les bateaux de tête se retrouvent ensemble à la hauteur de Rio devant un front froid qui a bloqué Yannick Bestaven et qui a vu revenir tous ses poursuivants après avoir eu plus de 400 milles d’avance.« Je pense que pour Yannick, qui nous voit revenir sur lui alors qu’il avait beaucoup d’avance, ça doit être dur. Pour nous c’est plus réjouissant. J’ai perdu beaucoup de temps à cause de petits soucis, mais je vais pouvoir recoller. Tout le Vendée Globe a été comme ça, la course est loin d’être finie. » confiait ce matin à la vacation Thomas Ruyant, revenu à 79 milles de Maitre Coq et Charlie Dalin à 12 milles.

Le skipper de LinkedOut après trois jours de navigation à l’aveugle, sans données précises de vent, a pu grimper en haut du mât (pour la 5eme fois depuis le départ de la course) pour réparer son aérien. Le Nordiste est d’attaque ! Louis Burton (Bureau Vallée 2) est dans le même état, combatif et exalté par sa résurrection dans le haut du classement : « Je regarde les positions des autres, à chercher à savoir comment m’en rapprocher. Je n’ai jamais connu ce plaisir. Je compte les milles qui me séparent de Thomas (Ruyant) et de Damien (Seguin), j’ausculte leur trajectoire… C’est exceptionnel. » exultait le Malouin tout à l’heure à l’autre bout du fil. Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) dispose certes d’une bonification de 10h15 et conserve un tapis de sol de 39 milles, mais derrière lui, la meute a soif et grand faim. C’est un nouveau départ avec Maitre CoQ, Apivia, LinkedOut, Groupe Apicil, Bureau Vallée 2, SeaExplorer, Omia Water Family, Yes We Cam, Prysmian Group et V&B Mayenne qui pourraient se retrouver en moins de 100 milles d’ici demain matin à 5000 milles de l’arrivée. Du jamais vu.

Affaire sensible
Dans cette configuration de course où un gros regroupement des dix premiers est envisagé, le bluff s’installe. Les skippers n’osent en dire trop sur l’état des voiles, le potentiel général des bateaux. On sait bien sûr qu’Apivia et LinkedOut sont handicapés par leurs foils bâbords, que les soucis de ‘hook’ (crochet de tenue de voiles d’avant en haut du mât) ont été légion depuis le départ des Sables d’Olonne, que des voiles ont été réparées. Mais qu’en est-il réellement de l’état des bateaux et des solitaires après deux mois de mer ? En vacation, le « Je suis à 100% » revient souvent. Une manière de ne pas donner trop confiance aux camarades de jeu. On ne nous dit pas tout !

Sortis des flammes de l’enfer…
Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artisans Artipôle) a doublé son quatrième cap Horn à 12h35 heure française dans un soulagement et une émotion palpables sur la visio en direct de la mer lors du Vendée Live. Le fils adoptif de la ville des Sables d’Olonne avait la mine creusée de fatigue de la rudesse de l’océan Pacifique. 1h30 après, un autre barbu doublait le caillou mythique : Alan Roura sur La Fabrique mettait lui aussi le clignotant à gauche, cap vers la maison.

Idem pour Jérémie Beyou sur Charal aux alentours de 17h, puis de la Britannique Pip Hare (Medallia) cette nuit . Un cap Horn libérateur d’angoisses et d’usure. Stéphane Le Diraison (Time for Oceans) à 450 milles de la porte de l’Atlantique Sud rayonne, le visage rajeuni de dix ans en moins de 24h, chantant sur Lily Allen dans une vidéo envoyée du bord : « Je suis enfin sorti de la dépression, j’ai l’impression de sortir des flammes de l’enfer ». Les jours se suivent, mais ne se ressemblent par sur la grande boucle planétaire en solitaire…