Vendée Globe. Pas le temps de s’ennuyer pour Sam Davies

La skipper anglaise Sam Davies s'entraine sur Initiatives Coeur pour le Vendee Globe au large de Lorient, France, le en Septembre 2020. (Photo by Anne Beauge)

Sam Davies est dans le match de ce Vendée Globe. En plus d’avoir déjà permis de collecter des fonds permettant d’opérer 16 enfants à travers les clics sur ses photos et vidéos sur les réseaux sociaux d’Initiatives-Cœur, la voilà bien positionnée dans le Top 10. Elle profite désormais des alizés pour filer à vive allure, sur un bord. Mais la prochaine difficulté se profile déjà car la navigatrice devra prochainement négocier le toujours complexe Pot au noir. Voici les nouvelles fraîches de Sam.

« Une entame exigeante, avec beaucoup de manœuvres »

« L’entame de Vendée Globe a été exigeante, surtout avec l’émotion et l’excitation d’un départ de tour du monde. Il a fallu gérer trois dépressions, au contact d’autres bateaux. Mais je ne me suis pas laissée emportée, j’ai géré le bateau comme je le souhaitais. J’ai bien en tête que la route est longue. J’ai fait énormément de manœuvres et de changements de voiles. Il y a une journée que j’ai commencée avec trois ris dans la grand-voile et le tourmentin. Et j’ai fini cette même journée avec la GV haute et le grand gennaker. »

« J’étais un peu dans le rouge il y a deux jours, mais ça va beaucoup mieux »

Sam Davies

« Je suis très contente de mon début de course, je suis dans le bon paquet. Je n’ai aucun regret. Je suis contente de ma stratégie et de la façon dont je mène le bateau. Je me suis sentie un peu dans le rouge il y a deux jours. J’étais arrivée au bout de mes forces. Heureusement les conditions se sont arrangées et j’ai pu me reposer. Ca va beaucoup mieux. La nuit dernière, j’ai dormi quatre fois 1h30, malgré la vitesse du bateau ! »
« J’avance à 26 nœuds dans les alizés, ça envoie ! »

« Actuellement, j’avance à 26 nœuds dans les alizés, ça envoie ! Il y a environ 20 nœuds de vent et ma vitesse est stable. Je navigue avec 1 ris dans la GV et le J2 devant. C’est une configuration où le bateau est ‘safe’. Tout va bien à bord, je contrôle régulièrement les points essentiels. Le seul problème, c’est que je n’ai plus de radar. Il a été endommagé dans la deuxième nuit de course, pendant la grosse dépression. C’est un peu handicapant. »

« Le Pot au noir n’a pas l’air d’être trop étendu et piégeux. Mais d’expérience je me méfie de cette zone. »

Photo envoyée depuis le bateau Initiatives Coeur pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 14 Novembre 2020. (Photo prise par la skipper Sam Davies)

« Je passe au niveau du Cap-Vert aujourd’hui. Le Pot au noir va arriver super vite. Déjà ! J’ai l’impression de courir après le temps, pas du tout le temps de s’ennuyer. Le Pot au noir n’a pas l’air être trop étendu et piégeux. Le vent semble relativement constant. Mais d’expérience je me méfie de cette zone. Je travaille déjà sur le dossier en regardant les différents fichiers météo et les photos satellites. Et après, on attaquera l’hémisphère Sud. »

« Un message de soutien pour Nicolas Troussel »

« J’ai appris le démâtage de Nicolas Troussel et je souhaite lui adresser un message de soutien. Il m’est arrivé la même chose en 2012, après cinq jours de course. Tanguy de Lamotte a aussi vécu quelque chose de similaire il y a quatre ans avec Initiatives-Cœur. L’équipe et moi, nous savons donc bien ce que peut ressentir Nicolas actuellement. »
Déjà près de 200 000 euros récoltés et 16 enfants sauvés

Le compteur d’Initiatives-Cœur affiche près de 200 000 euros récoltés pour Mécénat Chirurgie Cardiaque. Une somme conséquente collectée grâce aux ventes sur le stand Initiatives-Cœur du Vendée Globe, les dons en ligne mais aussi et surtout les clics sur les comptes Facebook et Instagram du bateau. En effet, pour chaque nouveau fan ou chaque partage, les sponsors mécènes du bateau (Initiatives, K-Line et Vinci Énergies) reversent 1€ à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque pour opérer des enfants malades venant de pays défavorisés. Une opération coûtant 12 000€, ce sont déjà 16 enfants qui pourront être sauvés, et ce n’est que le début comme l’explique Sam : « Merci à tous et continuez. Il faut cliquer, cliquer, cliquer pour sauver les enfants ! »