Vendée Globe. Un nouveau bateau pour Sébastien Destremau

@Audrey Dochler Vidéo @faceOcean

Sébastien Destremau compte bien repartir sur le prochain Vendée Globe avec FaceOcean mais sur un nouveau bateau, le précédent ne passant plus la jauge. Il a racheté celui de Conrad Colman, l’ex-Foresight Natural Energy, un plan Lavranos de 2004 qui a été mis aux enchères en avril dernier dont la mise à prix offciele avait été fixée à 50 000 € mais qui aurait été vendu finalement 20 000 € avant d’être revendu ou loué à Sébastien Destremau. Lire ici : https://magazine.interencheres.com/vehicules/achetez-voilier-imoca-vendee-globe/

Un nouveau défi pour Sébastien Destremau
”Si le départ du prochain Vendée Globe était demain, je repartirais aussi sec” c’est pas ces mots que le skipper toulonnais avait annoncé ses intentions dès la ligne d’arrivée franchie il y a trois ans.

A exactement 365 jours du depart de la 9ème édition du Vendée Globe, Sébastien lance officiellement sa campagne de préparation avec un nouveau bateau. ”A un an du départ, Il y a évidement beaucoup à faire pour que faceOcéan soit prêts. Mais on a la chance d’être déjà qualifié, d’avoir acheté un très bon bateau et notre équipe a acquis une énorme expérience lors de la dernière édition. »

Le skipper toulonnais a fait l’acquisition d’un Imoca très performant en remplacement de son ancien voilier de l’édition 2016 rendu obsolète par le nouveau règlement de la course. ”Nous avons adapté le projet aux nouvelles règles et je suis heureux d’annoncer qu’un nouveau faceOcéan fera son entrée dans le port de Toulon d’ici quelques semaines. Notre préparation vers le départ du Vendée Globe 2020 est en marche et je suis très heureux d’avoir ce bateau avec lequel nous allons écrire une nouvelle histoire. ”

Un bateau très performant :
Construit au Brésil en 2005, faceOcéan est un voilier complet et très rapide à toutes les allures. Déjà considéré comme un des meilleurs Imoca de sa génération, l’équipe Toulonnaise étudie la possibilité d’intégrer des foils à la plate forme existante pour le rendre encore plus puissant. ‘Il faut être très prudent avec les modifications que l’on envisage. Pour le moment nous étudions la question et la décision n’est pas encore prise. Améliorer les performances d’un bateau est une chose passionnante, mais terminer le Vendée Globe en est une autre bien plus importante à mes yeux. Tout est une question d’équilibre entre la sécurité, la technique, la performance, les délais et les finances ».

Pour mémoire :
Le 11 mars 2017, au terme de 124 jours de navigation, Sébastien Destremau, 52 ans, clôture le huitième Vendée Globe, plus de cinquante jours après le vainqueur, Armel Le Cléac’h. Après quatre mois de solitude, il atteint son objectif : terminer la course coûte que coûte, avec la rage de vaincre des sans-grades et des fauchés. Dix-huitième et dernier à avoir franchi la ligne d’arrivée, celui qui n’avait jusque-là jamais fait de course en solitaire venait d’écrire une incroyable page d’histoire humaine.

”Je me réjouis de repartir à la conquête de cet inutile : Retourner seul, au pays des Albatross, retrouver l’immensité des mers du Sud, ses couleurs uniques et ses vagues gigantesques. A un an du départ, je n’ai qu’un seul souhait : que cette nouvelle aventure soit belle pour mes proches et pour le public »