Vendée Globe. Louis Burton à la 3e place

Photo envoyée depuis le bateau Bureau Vallee 2 pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 13 Janvier 2021. (Photo prise par le skipper Louis Burton)

Louis Burton est troisième au pointage ce mercredi 13 janvier et fait jeu égal avec les autres foilers. En confiance sur ce Vendée Globe, il pourrait créer la surprise au Sables.

Proche de l’abandon le 20 décembre dernier, revenu ensuite dans la course en 11e position à près de 1 000 milles de l’ancien leader Yannick Bestaven, le Malouin démontre une détermination incroyable. Le voilà devant LinkedOut, à 20 milles du premier Apivia ! Le bonhomme est en pleine possession de ses moyens tout comme son IMOCA à foils. Après avoir effectué ses différentes réparations et avec un bateau désormais à 100% de son potentiel, Louis Burton est prêt à se bagarrer comme un fou sur les 4 500 milles qui le séparent de la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne… Interview ce matin au grand large du Brésil.



Rester concentré
« Le moral est bon ! Durant deux jours et deux nuits, il a fallu négocier les nuages et les risées pour se sortir de ce front froid permanent. C’était un vrai passage à niveau et je suis bien content de l’avoir bien négocié. Je me suis vraiment bagarré dans cette zone de vents faibles et erratiques et j’en sors troisième, c’est super ! Le vent commence à se stabiliser depuis la nuit dernière, cela commence à ressembler à un vent d’alizé. Il faut cependant rester bien concentré. »

Le mental, une dimension centrale sur le reste du parcours

« Je me méfie tout de même du groupe de bateaux en arrière. La flotte s’est regroupée et je dois garder la tête froide sur ce long bord de vitesse. Ce n’est pas forcément évident de choisir la bonne voile, même si j’ai de la chance car elles sont toutes opérationnelles.Le mental commence à prendre une dimension centrale. Après deux mois de course les bateaux et les skippers sont évidemment usés mais pour ma part je me sens bien et je suis bien décidé à m’accrocher et à ne rien lâcher. »
Bien négocier les passages clés

« Jusqu’à Récife, le jeu va être de bien jouer le placement puis il y aura le Pot au Noir qui reste quand même un passage clé même si la route nous fera passer dans son ouest, avant de toucher les alizés de l’hémisphère nord et une dépression qui devrait nous emmener jusqu’à l’arrivée. Sur le papier, c’est simple, mais en réalité il peut toujours se passer des choses. Il va falloir savoir se reposer au bon moment pour être d’attaque jusqu’au bout.»

La barbe, seul dilemme !

« Je regarde chaque classement avec beaucoup d’attention, je suis sur mes réglages, je ne lâche rien ! Je suis content car toutes mes réparations tiennent le coup. Je me sens frais et dispo, je suis en short, T-shirt et j’ai pris une bonne douche hier ! Mon seul dilemme, c’est finalement ma barbe : mon fils Lino veut que je la garde et ma fille Edith ne veut pas. Je suis bien embêté (rires)…»