Vendée Globe. L’enfer de Sainte-Hélène

Photo envoyée depuis le bateau Seaexplorer - YC de Monaco pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 24 Novembre 2020. (Photo prise par le skipper Boris Herrmann) Maitre Coq, skipper Yannick Bestaven (FRA) en vue

On le sait depuis le début, on le répète à l’envie mais cette édition ne ressemble décidément à aucune autre avec ses enchainements météos rarement dans le bon tempo, des favoris qui tombent quand on ne s’y attend pas. Chaque jour connaît son lot de rebondissements.

Charlie Dalin sur son Apivia est toujours en tête et tente tant bien que mal de s’extirper de l’anticyclone de Sainte-Hélène en cherchant à gagner au sud ouest pour espérer atteindre la dépression qui arrive. Pas simple pour les 24h à venir. C’est quelque part une chance pour Thomas Ruyant et Alex Thomson qui ont ainsi le temps de faire leurs réparations nécessaires.

Pour le groupe de poursuivants, Louis Burton a été le premier à partir plein sud suivi par Sam Davies pour contourner par l’ouest l’anticyclone. Ils vont être les premiers à toucher les bénéfices de leurs positionnements judicieux et pourraient pourquoi pas rejoindre, voir dépasser Apivia bien qu’ils en soient encore assez loin à 600 nm de lui. Les écarts se resserrent à tous les niveaux. Jean le Cam est toujours sur la photo. Certains naviguent à vue comme Boris Hermann et Yannick Bestaven. Sébastien Simon a rejoint le groupe tout comme Benjamin Dutreux et Damien Séguin. De quoi rassurer les bizuth de ce Vendée Globe qui n’ont jamais été si au sud et qui vont bientôt attaquer ces mers du sud pour la première fois. Ils ne seront pas seuls.

Derrière, au niveau du Brésil, le vent a commencé à adonner pour L’Occitane en Provence (Armel Tripon) qui peut exploiter les performances de son foiler mais qui avant cela a du effectuer une pénalité. Une pénalité de 4 heures lui a été notifiée par le Jury du Vendée Globe. Motif : il avait déplombé son axe d’hélice en prévision de sa manœuvre de mise en sécurité au moment de l’avarie de hook, dans une mer grosse et 35 nœuds de vent.

Mercredi midi, seul DMG Mori Global One navigue encore dans le pot au noir avec probablement de nombreux grains.

Enfin, Charal (Jérémie Beyou) fait route plein vent arrière au Sud du Cap-Vert en direction du Pot au Noir puis de l’équateur.