Vendée Globe. Direction l’Australie pour Sébastien Destremau

Photo envoyée depuis le bateau Merci pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 10 Décembre 2020. (Photo prise par le skipper Sebastien Destremau)

Sébastien Destremau est à l’arrêt ce matin et navigue à 3 noeuds avec un bateau qui fait des embardées qui rend la navigation dangereuse.

“Pour le moment, c’est très loin d’être gagné notre affaire… Le bateau fait des embardées effroyables et il faut que je trouve un moyen d’améliorer la conduite sinon je ne vais pas pouvoir poursuivre la route sans m’arrêter dans un port pour récupérer du matériel et réparer. La situation est limpide. Entre : l’hydraulique de quille où je suis sans joker depuis le pot au noir.
Plus de système de barre, sauf une barre de secours qui n’est pas du tout praticable sur le long terme. Et un seul pilote automatique qui fonctionne hyper mal.

On peut dire que ça commence à sentir le sapin et je n’ai franchement pas beaucoup d’autres d’options que de ramener Merci dans le port le plus proche… Ceci étant dit, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise !

Merci va donc se rapprocher de l’Australie en restant très Nord pour éviter les dépressions. Chemin faisant, on prépare une nouvelle solution pour fiabiliser le fourbi. Une fois le bateau rapproché de Perth, il va nous falloir dézinguer ce que j’ai fait l’autre jour dans l’urgence et remonter tout le bazar autrement :

Il me faut fabriquer un bâti pour y installer le capteur d’angle de barre. Le re-positionner entièrement afin qu’il prenne la mesure directement au secteur qui est sur la mèche de safran. Cela éliminera une source d’erreur dans les mesures d’angle.

Si le capteur est bien placé et fonctionne correctement (les deux sont neufs). Il doit envoyer les bonnes mesures au calculateur (au degré près). Qui lui-même envoie les bons ordres au pilote automatique. Qui, s’il fonctionne bien, doit les exécuter sans broncher. La chaîne de commande fonctionne comme ça et pas autrement. La base est donc la qualité de la mesure de l’angle des safrans… Et pour l’instant, faut avouer qu’on n’est pas super bon avec ça. En attendant, cela risque de nous faire prendre un peu de retard sur nos compagnons de route…”

Merci est à 2400 milles du Cap Leeuwin.