Vendée Globe. Apivia et LinkedOut bord à bord, Maitre CoQ s’échappe quelques jours

Photo envoyée depuis le bateau Seaexplorer - YC de Monaco pendant le Vendee Globe, course autour du monde à la voile, le 24 Novembre 2020. (Photo prise par le skipper Boris Herrmann) Maitre Coq, skipper Yannick Bestaven (FRA) en vue

Le dernier classement était attendu. Thomas Ruyant est revenu sur Apivia à moins de 20 milles à la faveur de l’anticyclone et d’un pari à l’ouest payant alors que Maitre CoQ s’échappe et a retrouvé de la vitesse. Plus sud Damien Séguin et Louis Burton remontent provisoirement au classement.

Pour autant, rien n’est joué pour Yannick Bestaven. D’après les routages, il pourrait être rejoint par Charlie Dalin et Thomas Ruyant d’ici samedi. En effet un autre anticyclone devrait s’étendre devant sa route et favoriser le retour des deux foilers de nouvelle génération qui ont le mors au dent. La régate s’annonce tendue. Charlie Dalin et Thomas Ruyant savent qu’ils ne vont pas avoir beaucoup d’autres possibilités de dépasser Maitre Coq et de creuser un écart suffisant avec lui pour emporter ce Vendée. Comme l’indiquait Thomas Ruyant, cela peut se faire maintenant ou dans l’Atlantique nord. Entre les deux avec le régimes des alizés, un pot au noir qui ne semble pas très actif, il n’y aura pas beaucoup d’options à jouer.

« Le truc, c’est que les trajectoires sont dictées par nos positions à l’instant T. déclarait Charlie hier. Une option peut marcher pour l’un et ne peut pas exister pour l’autre. Les systèmes sont mouvants. Les options s’ouvrent et se referment différemment pour les uns et les autres. On se retrouve dans une zone où la stratégie et le placement sont importants, sauf que les prévisions changent énormément. La situation est très complexe et les fichiers ne sont pas ultra performants. » On l’aura tous compris : cet anticyclone va tantôt faire gagner des milles à l’un, pour en faire potentiellement perdre le lendemain… Un vrai jeu d’accordéon où, si une chose est acquise et tous le savent : celui qui entre le premier dans la zone à risque est logiquement celui qui en sort le plus vite. Ce qui a été le cas de Yannick Bestaven (Maître CoQ). A noter que Charlie, dans ces conditions de vent très légères, en a profité pour monter en haut du mât d’APIVIA pour réparer une pale de sa girouette.

Plus sud, Damien Séguin continue sa magnifique course et joue sa carte à fond. Il a pris la deuxième place de ce Vendée Globe. IL est suivi par Louis Burton qui revient à fond. Avec son Bureau Vallée 2, vainqueur du dernier Vendée Globe, Louis peut créer véritablement la surprise. Il est en confiance et peut légitimement viser le podium. En attendant, il devrait logiquement prendre la 4e place.