Vendée Arctique Les Sables. Alex Thomson ne veut pas prendre de risques inutiles !

Hugo Boss Alex Thomson
Hugo Boss Alex Thomson

Le navigateur britannique Alex Thomson ne participera pas à la Vendée Arctique Les Sables. Il ne veut pas prendre de risque inutile. Pour une fois qu’Alex Thomson fait preuve de sagesse, on ne va pas lui en vouloir (:)). Dommage, on ne pourra pas comparer ses performances avec les autres Imoca et notamment Charal dans sa nouvelle version. C’est peut-être aussi l’une des raisons cachées. Les Français ont l’habitude de se confronter ensemble notamment à Port-la-Forêt alors qu’Alex s’est toujours entraîné seul. Un choix dicté par sa base située en Angleterre mais aussi assumé par le britannique.

Il a repris l’entraînement à bord de son bateau HUGO BOSS qui, espère-t-il, le mènera à la victoire pour le Vendée Globe 2020.
Alex Thomson et son équipe – tout comme les concurrents de la classe IMOCA – ont dû stopper leur entraînement pendant 9 semaines en raison de la pandémie de COVID-19. Suite à l’assouplissement des restrictions de confinement en Angleterre, l’équipe a pu remettre le bateau à l’eau, avant de reprendre un entraînement intensif.
Les organisateurs du Vendée Globe ont confirmé cette semaine que la course partira comme prévu le 8 novembre prochain des Sables-d’Olonne en Vendée.
À moins de cinq mois du début de ce tour du monde, Alex Thomson a clairement indiqué que l’équipe souhaite se concentrer sur le temps passé sur l’eau et des performances du bateau HUGO BOSS :
Pour nous, l’objectif est – et a toujours été – le Vendée Globe“, a déclaré le skipper. “Tout ce que nous faisons maintenant doit être axé sur le fait que nous prendrons le départ le 8 novembre prochain dans les meilleures conditions possibles.
“Avant le Vendée Globe, nous devions participer à la Transat New York – Vendée, mais la course a été annulée. Depuis, la classe IMOCA a organisé une course de substitution – la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne – qui doit débuter le 4 juillet mais nous avons pris la décision de ne pas y participer.
“Cette décision a été prise car la course ne s’alignait pas parfaitement dans notre calendrier et qu’il y avait, nécessairement, encore des restrictions sur les déplacements et des exigences de quarantaine dûs au contexte actuel, ce qui rendait la participation à la course plus complexe. J’ai également quelques inquiétudes quant aux risques liés à une course qui mène les bateaux bien plus au nord que le cap Horn n’est au sud. Pour nous, c’était un risque inutile à prendre à quelques mois du départ du Vendée Globe.
“Au final, la qualité du temps passé sur l’eau est désormais primordiale et nous avons établi un calendrier qui, selon nous, nous permet d’utiliser au mieux le temps qu’il nous reste avant le départ”.
Dans les semaines et les mois à venir, Alex Thomson et son équipage s’entraîneront en mer afin de développer et d’améliorer les performances du bateau HUGO BOSS, qui a été mis à l’eau l’été dernier après plus de deux ans de conception et de construction. Le skipper devra effectuer également une sortie en solitaire de 2 000 milles nautiques, une condition obligatoire pour prendre le départ du Vendée Globe.

Nous nous sentons vraiment en forme“, a-t-il poursuivi. “Bien sûr, comme toutes les équipes, nous avons perdu beaucoup de temps à terre, mais cela ne dépendait pas de nous. L’équipe s’est bien adaptée et nous avons vraiment profité de cette période. Maintenant, il s’agit de mettre en œuvre les connaissances que nous avons acquises – et les projets que nous avons développés. Nous sommes à quelques jours de la reprise de notre entraînement et je confiant des décisions que nous avons prises jusqu’à présent. Le bateau HUGO BOSS est vraiment très performant“.