Depart de la 3eme etape de la Solitaire Urgo Le Figaro entre Concarneau et Dieppe - le 19/06/2017 @ Alexis Courcoux

Ils sont partis pour l’ultime étape de tous les dangers. Le duel Nicolas Lunven en défense et Adrien Hardy à l’attaque sera scruté à la loupe mais il peut tout se passer dans cette étape qui s’annonce compliquée et technique. Les 4 premiers se tiennent en une heure. Charlie Dalin, vainqueur l’année dernière reste en embuscade comme Sébastien Simon toujours aux avant-postes sur cette Solitaire. Parmi les ténors Yann Eliès 6e actuellement entend bien atteindre le top 5. On notera l’excellente performance de Justine Metraux actuellement 8e ainsi que la formation de Team Vendée avec Julien Pulvé 10e et ex-vendée Benjamin Dutreux 11e à 2h25 du leader.
Comme sur chaque Solitaire, il pourrait y avoir de gros écarts sur une étape, cela pourrait être le cas pour celle-là.

A 19h, Charile Dalin a pris la tête de la flotte. Jérémie Beyou est 6e, Nicolas Lunven 10e et Adrien Hardy 20e cherchant déjà des options.

Un départ
Le départ a été donné par une chaleur étouffante dans de tous petits airs de moins de 4 nœuds. Les 43 solitaires se sont élancés sur la ligne de départ avec plus d’une heure de retard, à 15h07 très exactement. Deux skippers ont été rappelés à l’ordre pour avoir mordu la ligne trop tôt : Gildas Mahé (Action Contre la Faim) et Alexis Loison (Custo Pol). Cap maintenant vers Dieppe sur un parcours de 505 milles semé d’embûches, de chausse-trappes, de bulles sans vent et de courants. Les premières 24h de course le long des côtes bretonnes via la chaussée de Sein et le chenal du Four s’annoncent redoutables pour les nerfs des marins qui vont devoir composer avec un vent très faible et un tapis roulant contraire !
Le vent faible et variable n’a pas facilité la tâche de Jean Coadou, le président du comité de course. Les marins non plus. Car si un premier départ était lancé vers 14h24, ce fut un beau rappel général, de nombreuses étraves étant au-dessus de la ligne au moment du coup de canon. Puis le vent s’écroulait. Attente. Chaleur. A 15H07 enfin, les solitaires s’élançaient. Deux paquets de bateaux se sont alors détachés. L’un à droite emmené par Sébastien Simon (Bretagne Crédit Mutuel Performance) et Jérémie Beyou (Charal), et l’autre à gauche, par Vincent Biarnès (Guyot Environnement). A la bouée de dégagement, on retrouvait ces trois bateaux en tête, ainsi que Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS), suivis de près par Nicolas Lunven (Generali). Sur un seul bord, les Figaro Bénéteau 2 rejoignaient la cardinale Est « Jaune de Glénan », bouée Radio France, distante de 10 milles à la vitesse d’un escargot. La première nuit en mer promet d’être bien longue…
Un gros morceau
Une vraie étape de La Solitaire longue, exigeante, tactique et probablement riche en rebondissements. Entre un parcours le long des côtes bretonnes, deux traversées de la Manche et 200 milles à courir près des côtes anglaises, le dossier est complet et varié. C’est tout ce qu’aiment les Figaristes ! « C’est une étape très compliquée qui s’annonce, notamment le début avec du vent très faible. » confiait Nicolas Lunven (Generali) quelques minutes avant l’appareillage des pontons de Concarneau. En tête du classement général provisoire avec 24 mn d’avance sur Adrien Hardy, le skipper de Generali ne croit pas si bien dire. Cette ultime étape pourrait bien créer des écarts et réserver des surprises lors du final le long de la côte d’Albâtre !
Ils ont dit
Nicolas Lunven, 1er au général
« C’est une étape très compliquée qui s’annonce, notamment le début avec du vent très faible. Du départ jusqu’à la bouée de Portsall, il y aura peu de vent et beaucoup de courant. Ca ne peut pas être pire que ce que les modèles prévoient ! En fait, on ne sait pas… Je n’ai pas de stratégie définie, mais des idées clés que j’espère concrétiser. Je vais observer mes adversaires, mais on ne peut pas marquer tout le monde dans ces conditions météo. Il faut faire du bateau à voile et non du jeu d’échec. »
Alexis Loison, Custo Pol, 13ème, à 2 h 35 du leader.
« Finir sur une bonne note, voir excellente, c’est tout ce qui pourrait me consoler. J’avais des objectifs vraiment élevés sur cette Solitaire que je ne suis pas arrivé à remplir. Alors là, je veux faire une « putain » d’étape ! Ca changera nécessairement la donne au général. Je suis à vingt minutes du 7ème. Vu la configuration jusqu’à Dieppe, c’est comme si on partait à égalité. »
Sébastien Simon, Bretagne Crédit Mutuel Perfro, 4ème à 1h 04 du leader.
« Tant que le vent de Sud-Ouest prévu mercredi ne rentre pas, c’est simple, il n’ y a rien. Ca va être dur pour les nerfs, mais en même temps il va y avoir beaucoup de jeu. Alors, je suis prêt à jouer. Je vais prendre ce qu’il y a sur le moment et essayer de faire avancer vite le bateau. J’aborde cette étape comme si c’était la première. J’ai beaucoup à gagner et peu à perdre. J’ai à cœur de faire une belle étape, j’ai besoin de ça et arriver en ne regrettant rien. »
Gildas Mahé, Action Contre la Faim, 5ème à 1h30
« Il n’y aura pas beaucoup de vent pour partir. Après, normalement, la brise rentrera un peu et on devrait tirer des bords avant d’atteindre Penmarc’h puis l’Occidentale de Sein. Là, ce sera sans vent avec courant contre dans la nuit. Ensuite, on passera dans le Four avec le courant et ça risque de partir fort par devant. Il y aura un flux de Nord-Est en manche et plus on sera Nord, plus on aura le vent tôt. Les écarts seront importants dès la traversée de la Manche. Le long des côtes anglaises ce sera bien compliqué. Il y a aura pas mal de jeu. Et en arrivant sur Dieppe, il y aura un rapprochement de la flotte… Ca va être long ! »
Erwan Tabarly, Armor Lux, 35ème à 8h 48 du leader
« C’est incertain, on va avoir très peu de vent au début. Donc, il est difficile d’estimer notre vitesse de progression. Une journée ou une journée et demi à l’Occidentale de Sein ? On a du mal à se projeter dans le futur. Donc les phénomènes arrivent différemment et c’est délicat d’établir une stratégie. Dans ces petits airs, la moindre risée peut doubler la vitesse des bateaux. Donc c’est très piégeur. Quand on est leader, c’est sur que c’est stressant. Pour ceux qui sont derrière, ce n’est pas très drôle non plus, mais ça ouvre les portes. Pour ceux qui veulent briller, c’est pas mal. C’est mon objectif, arriver en tête à Dieppe si possible »
Tolga Pamir, Freedom Services à Domicile 1j 1h 1 arbre, 38ème au général à 10h52 du leader
« On part avec du petit temps, donc je règle mon gréement en fonction. La météo va changer, elle n’arrête pas de changer d’ailleurs. Il va y avoir des surprises. On passe par tous les types de météo sur cette Solitaire. Je vais essayer de bien naviguer, de me concentrer, j’ai l’impression de recommencer une autre Solitaire. Cette quatrième étape peut tout changer et j’espère qu’elle se fera dans le bon sens pour moi. »

PAS DE COMMENTAIRES