Artemis 60 Brian Thomspon
DR

5 h15 ce matin. Le soleil irradie déjà le paysage lorsqu´ Akena Verandas s´apprête à passer la pointe nord des Shetland. « Nous avons Generali deux milles devant nous. Nous avons été obligé de contre border pour passer. Il en a profité pour nous doubler, explique Jean-Philippe Chomette. Le spectacle est superbe, avec 15 nœuds de vent. C´est parfait ». Tous les skippers joints s´empressent de souligner ces conditions climatiques enfin sympas. « C´est quand même rigolo ces nuits qui n´en sont pas. Il fait très beau et là, on voyait bien que le soleil disparaissait à peine sous l´horizon, décrit Gildas Morvan qui a pu troquer ses bottes contre une bonne paire de basquets. Comme on glisse avec le vent dans le dos, la sensation de froid diminue d´un coup. On va chercher du refus au large, mais les écarts vont se resserrer aujourd´hui. Là, on voit aux jumelles Temenos. Il doit être deux à trois milles derrière». Dominique Wavre (Temenos) disait ne plus voir Delta Dore alors que les deux bateaux sont passés l´un derrière l´autre hier soir vers 22 heures. « On a fait des routes différentes » explique Dominique qui a longé un temps la côte avant de prendre une trajectoire plus vers le large. Reste qu’au classement établi à 6 heures ce matin, Delta Dore s’était bien emparé, pour 0,1 mille, de la troisième place.
Ouvrant encore plus royalement la route que d´habitude, Vincent Riou va à nouveau devoir parer tous les coups qui vont fuser de toutes parts d´ici l´arrivée à Calais. Le vent de nord nord-est est actuellement très variable en force, mais souffle déjà à moins de 15 nœuds moyen. « On a encore de la pression pendant une bonne dizaine d´heures, raconte Vincent. On a un bon rythme, une bonne cadence, cela fait du bien de naviguer à plat. Notre première plateforme pétrolière est à moins de trente milles. On va avoir à négocier un petit minimum dépressionnaire qui est sur notre route. On va voir à quel point les autres vont pouvoir revenir sur nous. » Le grand perdant de la nuit se nomme sans conteste Artemis Ocean Racing qui s’est donc fait décroché avec son option à terre lors du passage des îles Shetland. En seulement 12 heures, Jonny Malbon a perdu quelques 30 milles sur un trio de tête qui vient de se transformer depuis peu en quatuor. Il est dorénavant relègué à 72 milles du premier. Mais puisqu’il y a une nouvelle zone de "pétole" devant les étraves, les cartes vont sans doute être re-distribuées une nouvelle fois. Courage Jonny.