Un nouveau jour se lève. Bonne année !

Lever de soleil
Lever de soleil

Les deux flottes du Vendée Globe.

Il y a bien aujourd’hui deux flottes dans le Vendée Globe. Celle, rapide, concernée par la dépression centrée par 60 degrés de latitude sud et vigoureusement étirée sur la partie orientale du Pacifique Sud, et l’autre, laborieuse, que les hautes pressions de Nouvelle-Zélande martyrisent depuis hier. Avec la dite dépression, ils sont six, de Jean Le Cam (Bonduelle) à Jean Pierre Dick (Virbac-Paprec) 1990 milles derrière, à naviguer dans un flux d’Ouest Nord Ouest bien établi, véritable tapis roulant vers l’Amérique du Sud. Au sein de ce groupe et ancré en 5ème position, Dominique Wavre (Téménos) fait des étincelles à plus de 15 noeuds sur la route. En tête, Jean Le Cam poursuit son sans faute Pacifique, trajectoire parfaite, vitesse élevée et ce matelas d’avance jalousement entretenu et bonifié : 262 milles au dépend de Vincent Riou (PRB) et 325 devant Mike Golding (Ecover), soit des écarts légèrement supérieurs à ceux d’hier à la même heure.

Dans l’Est et le Sud de la Nouvelle-Zélande, l’heure est aux vitesses faibles et aux trajectoires erratiques. Nick Moloney (Skandia) n’en finit pas de chercher une porte vers les latitudes sud. La journée d’hier lui a coûté 160 milles de retard supplémentaires sur Jean Pierre Dick. L’Australien entraîne dans son sillage de misère Joé Seeten (Arcelor Dunkerque), 101 milles parcourus en 24 heures ! et Bruce Schwab (Ocean Planet), tous deux « interdits » de sud par des vents contraires. Un sud où le Britannique Conrad Humphreys (Hellomoto) refuse lui de s’aventurer, malgré les promesses de vents forts et portants. Il interrompt (momentanément) sa belle marche en avant devant la menace effective des glaces dans ce secteur et cherche une navigation plus paisible, moins stressante, dans le Nord des îles Campbell. Benoît Parnaudeau (Max Havelaar-Best Western) l’imitera t-il sur cette route de la raison, ou cherchera t’il à profiter un peu plus longtemps de la pression rencontrée dans le sud pour rester au plus près du tableau arrière du Britannique ?

Tout en réparant son pilote automatique défaillant, Anne Liardet (Roxy) est entrée en mer de Tasmanie. Sa trajectoire converge dorénavant vers celle du revenant Patrice Carpentier (VM Matériaux) dont la réparation « à la Parlier » de sa bôme brisée force l’admiration.

(Source : Vendée Globe 2004)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.