Ultime. Un nouveau projet à construire pour François Gabart, une belle opportunité pour d’autres entreprises

François Gabart (born 23 March 1983 in Saint-Michel-d'Entraygues, France) is a French professional offshore yacht racer who won the 2012-13 Vendée Globe in 78 days 2 hours 16 minutes, setting a new race record. Photo : Christophe Launay

Le retrait de la Macif du programme Ultim a pris tout le monde de court y compris François Gabart qui ne s’y attendait pas. La décision de la Macif a été prise il y a 15 jours à peine. Elle survient après un changement de direction au sein du groupe Macif qui n’a pas souhaitée poursuivre le programme Ultim alors que celui-ci devait être renouvelé avec Mer Concept pour une nouvelle période de 3 ans.

Que le contrat ne soit pas renouvelé à la suite d’un changement de direction ce n’est pas nouveau dans le sponsoring et cela arrive dans tous les sports. C’est la vie des entreprises. La nouvelle direction veut imprimer sa marque et porter le changement. Cela est arrivé avec Groupama ou Safran. En revanche, le faire au moment où un nouveau bateau est en construction est assez surprenant. La Macif reste l’armateur et Mer Concept dispose d’un budget pour terminer le bateau et procéder à deux mois de tests en mer après sa mise à l’eau en juin 2021. Une position qui donne la possibilité à François Gabart de trouver de nouveaux partenaires pour un bateau qu’il aura construit à sa main avec son équipe.

Après avoir accusé le coup « comme affronter une tempête dans les Mers du Sud » dixit François Gabart, il devrait avec son équipe pouvoir retrouver de nouveaux partenaires d’ici un an et développer un nouveau programme. Il pourra s’appuyer sur le duel que se livreront Sodebo et Gitana cet hiver sur le Trophée Jules Verne qui s’annonce fantastique. La Class Ultim pourra également compter sur le nouveau Banque Populaire XI d’Armel Le Cleac’h l’année prochaine. Rien n’est perdu ni pour François Gabart et son équipe, ni pour la Classe Ultim 32/23 dont Macif reste encore membre. Les Ultimes n’ont jamais été aussi proches de révolutionner la course au large avec des bateaux vraiment volants et c’est pour le coup, une exception française digne de l’héritage de Tabarly. Il y a une belle opportunité à saisir pour des entreprises pour venir s’impliquer sur un nouveau projet ou bien reprendre l’ancien trimaran désormais en vente à 5,2M€ HT.

Enfin, il faut noter que le Groupe Macif continue son engagement en Imoca avec sa marque Apivia et le bateau de Charlie Dalin jusqu’à la Route du Rhum. C’est plutôt positif. Cela montre l’impact fort que peut générer le Vendée Globe et un programme Imoca pour une marque. Tout comme la filière de formation Macif dont Charlie Dalin est issue et qui continue avec les Skippers Macif Pierre Quiroga et Erwan Le Draoulec non dénués de talents.