Trophée Jules Verne. Le plus dur commence +861 mn

GITANA, Maxi Edmond de Rothschild. 16 August, 2019. Navigation, Onboard. Navigation, hauturier, large, entrainement, Qualification

Si Gitana a tout fait pour arriver au cap des Aiguilles avec la plus grande avance, c’est que Francis Joyon et son équipage ont fortement accéléré à ce moment-là. Avec 861 milles d’avance, l’équipage va devoir gérer son avance dans des conditions qui s’annoncent déjà difficiles.

Depuis leurs passages successifs hier du cap de Bonne-Espérance à 12h37 puis quatre heures plus tard du cap des Aiguilles, les hommes du Maxi Edmond de Rothschild naviguent dans l’océan Indien. Les six marins doivent composer avec des conditions de navigation décrites comme difficiles par le bord. Vent fort et instable en force, mer courte et croisée, le chemin du sud n’a rien d’une promenade de santé. D’autant que cette plongée vers les latitudes australes s’accompagne d’une baisse significative des températures. Au pointage de 7h, Franck Cammas, Charles Caudrelier et leurs quatre équipiers pointaient par 48°28 Sud et possédaient 887 milles d’avance sur Idec Sport.

Dans le vif du sujet
Le contraste est saisissant à bord du maxi-trimaran volant aux cinq flèches. Aucun doute, l’équipage, désormais le plus rapide sur la descente de l’Atlantique, a changé de mode de navigation depuis son entrée dans l’océan Indien, comme le décrivait Yann Riou, joint au lever du jour : « La nuit n’a pas été très agréable. Le vent est particulièrement instable en force et c’est très difficile dans ces conditions de faire avancer le Maxi correctement et à allure constante. Nous faisons de notre mieux en nous relayant pas mal à la barre mais ce n’est pas toujours évident. La mer est vraiment mauvaise, pas grosse mais courte et croisée, ce qui nous oblige à barrer car le pilote automatique est perdu dans ce genre de mer. Ces conditions sollicitent bien les hommes mais le bateau aussi. »

D’autant que naviguant désormais proche des 50° de latitude Sud, l’ambiance s’est clairement rafraîchie sur le pont et sous la casquette du Maxi Edmond de Rothschild. « D’un quart à l’autre nous sentons vraiment la différence. Nous faisons cap au sud-est depuis notre passage à la pointe de l’Afrique du Sud et entre hier et aujourd’hui, ça n’a rien à voir. Il fait froid depuis cette nuit et nous devons à nouveau nous équiper en conséquence avant de prendre notre quart sur le pont. Nous y sommes, c’est le Grand Sud ! » confiait l’équipier média.